[OS] Sometimes

    Partagez
    avatar
    Mayaa
    Baby Smack

    Féminin Messages : 29
    Date d'inscription : 09/01/2011
    Age : 23

    [OS] Sometimes

    Message par Mayaa le Jeu 7 Juil - 16:27

      Auteur: Mayaa l'abeille
      Rating: G
      Genre: Angst, Romance
      Couple: Alvin's first.. Mais y a aussi du AJLi. Pour le reste, on peut aussi dire 2KI.
      Résumé: Parfois, les choses changent...
      Disclamer: Ils ne m'appartiennent même pas. Et c'est bien dommage.
      Notes de l'auteur: Premier OS sur le départ de Xander et KiBum. Premier d'une longue série. Je l'ai écrit 2 semaines après leur départ. Pour le AJLi, c'était trop court pour développer mon idée en entier, alors je ferais un OS en parallèle, avec rien que leur histoire.


    SOMETIMES
    It's hard to follow your heart

    K I B U M

    Seul devant son écran d'ordinateur. Comme tous les soirs depuis presque deux mois. Plongé dans le noir, un peu comme ses pensées. KiBum ne pensait pas que c'était si évident, de faire croire aux autres que l'on va bien. S'il avait su, il aurait commencé bien plus tôt, n'aurait jamais montré ses larmes au monde entier, ne se serait jamais montré si vulnérable.
    Il a envie de rire, en repensant aux dernières semaines. « On est là nous ». Alors pourquoi semblent-elles toutes l'avoir oublié? Pourquoi quand elles citent U-KISS, elles omettent systématiquement son nom et celui d'Alexander?
    « On est une famille, on reste amis malgré tout ». Alors pourquoi aucun des cinq n'a daigné l'appeler depuis leur séparation? Pourquoi eux aussi semblent se remettre si facilement?
    Les souvenirs de ses années idol l'assaillent. Ce sont ses entrailles, qu'il a envie de vomir. Le problème ne venait pas d'eux, puisque c'est encore la même histoire. Il faut s'y faire, U-KISS ne sera jamais numéro un.
    KiBum saisi son téléphone et compose le numéro de l'appartement convivial où il résidait avant, avec les six garçons qu'il considérait comme ses frères... « Arrêtez, ou ils feront la même chose avec vous. Regardez-moi.. Ils vous tueront ». C'est ce qu'il hurlera au premier qui aura le malheur de porter le combiné à son oreille. Première tonalité. Non, il raccroche. Au final, c'est trop dur. Il n'a aucun pouvoir. S'il avait été jusqu'au bout, son interlocuteur n'aurait rien entendu d'autre que des sanglots.
    Il est persuadé que ses anciens compagnons de route son en train d'éclater de rire, à cet instant même. C'est pire, leur voix qui résonnent dans tout sont être, n'oubliant pas de le briser au passage. Autant achever le travail commencé. Que Hoon dort dans ce qui a été son lit. Qu'il lui prend Kevin, comme il lui a pris ses quelques lignes dans leurs précédentes chansons. Que c'est AJ qui voit DongHo grandir jour après jour, désormais. Qu'Eli a sûrement oublié jusqu'à son nom. Que cela fait bien longtemps que KiSeop ne pleure plus en pensant à lui le soir. Si tant est qu'il pense encore à lui. Que SooHyun est un bien meilleur leader que lui.
    Qu'ils sont mieux sans le « poids KiBum ». Que s'il avait appelé, reconnaissant son numéro, les U-KISS n'auraient pas décroché. Paranoïa. La NH Media a gagné. Elle a fait de lui un être détruit.
    Parfois, c'est dur de retenir ses larmes.


    E L I

    Assis sur un banc, dans la salle de répétition. Eli s'est arrêté, son coeur bat tellement fort qu'il a la sensation qu'il peut sortir de sa poitrine a tout moment. Ce n'est pas l'effort qui le fatigue, mais l'ignorance du second rappeur. Ou du moins, son indifférence.
    KyongJae s'en veut, il voudrait haïr JaeSeop d'avoir pris la place d'Alexander, et détruire Kevin par la même occasion. Mais non, il n'y arrive pas, c'est toujours plus fort que lui. Parce qu'il ne peut pas nier, l'arrivée de celui qu'on appelle AJ a été comme une renaissance pour lui. Depuis qu'il a emménagé avec eux, Elison ne s'est plus senti seul, n'a plus l'impression d'être un boulet pour le reste du groupe. Il voit enfin la lumière au bout du tunnel sans fin que semblait être sa vie. Il revit. Il a honte de l'avouer, mais quand le « nouveau » est dans son champ de vision, il ne lui arrive jamais de penser à KiBum et Alexander. Il sait à quel point ces sentiments innommables le rendent faible, et il déteste ça autant que ça le fait se sentir bien.
    Et il pose timidement ses yeux sur le corps en sueur d'AJ se déhanchant au rythme de la musique. Se dit que s'ils étaient seuls, ils ne perdraient pas leur temps à répéter, et aussitôt après que ces pensées traversent son esprit, il se gifle mentalement. Comme si le concerné avait tout entendu, il se stoppe, se plante devant Eli pour le fixer dans les yeux. Le blond lève le regard sur son vis-à-vis et se sent horriblement honteux. Baisse la tête pour la cacher entre ses paumes, et tire sur ses cheveux de toutes ses forces, espérant sûrement les arracher et ainsi avoir mal ailleurs qu'à son stupide coeur. L'ancien PARAN remarque le malaise ambiant qui a soudainement envahi la pièce, se dirige vers la chaîne dernier cri afin d'éteindre la musique.
    Le plus vieux préférerait s'enterrer plutôt que vivre ce qui va suivre. Peu importe ce que c'est, il comprend que c'est inévitable. Pour la première fois, il va devoir affronter AJ. Il n'a pas d'autres issues. Le jeune homme aux cheveux rouges reprend sa position précédente, bien décidé à ne pas laisser KyongJae s'enfuir une fois de plus.
    -Les gars, continuez sans nous, je crois qu'Eli a besoin d'une pause.
    Et il lui prend la main, l'emmène à l'extérieur du bâtiment. Malgré son appréhension, le rappeur imitateur de pigeon a l'impression de nager en plein rêve. Il prie juste pour que les instants à suivre ne réduisent pas à néant ses espoirs.
    Parfois, on fait des rencontres inattendues.



    A L E X A N D E R

    Quatre heures du matin. Et Alexander est déjà debout. Mauvaise habitude. Ca ne sert plus à rien maintenant. Il n'a rien à faire de la journée, mais c'est difficile de faire comme si les dernières années ne l'avaient pas marqué. « Au moins maintenant, je vais pouvoir manger autant que je veux ». Oui. Mais comme si ça allait suffire, comme si ça allait remplacer six amis et des milliers de fans. Il essaie seulement de se convaincre que ça lui passera, qu'il s'en remettra et qu'un jour il réussira de nouveau à avancer. Tentative médiocre. Mais il ne faut pas lui en vouloir, il n'en est qu'à ses premiers essais.
    D'un pas nonchalant, il retourne dans sa chambre, avec l'espoir de retrouver le sommeil. Il rallume son mobile, histoire de vérifier ses messages et appels. Mais rien. Pas de message du manager pour annoncer une interview de dernière minute. Pas de message de KiSeop disant qu'il arrivera en retard à la répétition. Pas de message de SooHyun qui demande quel sera le menu du soir. Plus jamais. Et pas de message de Kevin, lui disant simplement qu'il l'aime. Il jette le téléphone par terre dans un geste empli de haine. Alexander n'est pas quelqu'un de nerveux, il a juste mal de devoir accepter la vérité en face. Il ne manque à personne, pas même à son amant. Il s'en fiche lui, de savoir que c'est parce que l'androgyne n'y arrive pas non plus sans lui. Il veut juste un signe de vie. Une preuve qu'il y a au moins une personne qui regrette vraiment son départ. Et si, tant qu'à faire, ça pouvait être celle qu'il aime le plus au monde.
    Alors il s'enfouit sous ses couettes, ferme les yeux aussi fort qu'il peut. Comme un enfant qui espère
    s'endormir plus rapidement ainsi, lui prie pour réussir à exorciser cette douleur qui le ronge. Mais il parvient juste à la raviver un peu plus, et laisse s'échapper quelques larmes trop longtemps retenues. Et sans s'en rendre compte, il sombre avant que ses yeux n'aient eu le temps de sécher.
    Comme toujours, son sommeil est agité. Kevin n'est pas là pour enrouler un bras réconfortant autour de sa taille.
    Dix heures du matin. Alexander a enfin réussi à dormir plus de deux heures d'affilées. Sans savoir pourquoi, il se sent bien. Comme si son sommeil avait eu un effet réparateur. Il se dirige en sautillant vers la cuisine, où son amant déjà levé doit l'attendre, sourire aux lèvres. Il ouvre la porte, tellement heureux qu'il croit que son coeur va exploser.
    - SungHyun je...
    Et il se souvient qu'il est seul dans la pièce quand son propre écho lui répond.
    Parfois, on a du mal à se dire que c'est fini.


    K E V I N

    Kevin est seul dans la chambre qu'il partageait encore avec Alexander, il y a quelques semaines. Et son parfum qui n'a pas eu le temps de quitter la pièce lui agresse les sinus.
    Le petit blond est agenouillé au sol, la tête contre son lit, inondant le tissu de ses larmes. Il ne sait pas que le magnae se trouve derrière la porte, découvrant que son hyung est peut-être plus fragile que ce qu'il pensait.
    L'androgyne joint ses mains entre elles, lève au ciel ses yeux ravagés par ses vagues de pleurs. Prie à voix haute le seigneur de faire de lui ce qu'il veut, du moment que c'est aux côtés du portugais. Quelques minutes plus tard, il a envie de rire de son égoïsme. Des tas de peuples se déchirent dans le monde entier, et lui souhaite simplement son propre bonheur. Si Dieu existait vraiment -ce dont il doute un peu plus jour après jour- faire revenir Alexander ne serait pas une de ses priorités, et SungHyun le sait, mais ne l'accepte pas. Et même si la religion était devenue une source de réconfort, il continue de s'en éloigner peu à peu. Pourquoi une force suprême s'obstinerait-elle à faire souffrir les personnes qui lui sont le plus dévouées?
    Ses mains se crispent, se referment autour de sa couverture. Il veut hurler mais sa gorge est tellement sèche d'avoir tant pleuré que sa voix ne parvient pas à percer le silence oppressant de cette chambre désormais trop spacieuse pour lui seul.
    Il se rappelle les rares dimanches où son amant et lui n'étaient pas trop fatigués pour aller à l'église. Qu'ils priaient naïvement, attendant un retour. Qu'Alexander l'emmenait toujours se promener dans l'après-midi, et qu'il finissait forcément par l'arroser, lui faire une blague idiote. Observer la moue boudeuse de son petit ami aux traits si féminins. Et ne pouvait s'empêcher de rire, un peu trop fort. Fier d'avoir réussi son coup. Kevin se souvient l'avoir détesté tant de fois dans ces moments-là, alors qu'aujourd'hui, il donnerait n'importe quoi pour les revivre, et réentendre le rire si spécial de celui qu'il aimait appeler Sandeo.
    Il saisi son téléphone, sans vraiment réfléchir à ce qu'il s'apprête à faire. Et la lumière qu'il diffuse brûle des yeux déjà habitués à l'ombre de la pièce. Pour la première fois depuis plus d'un mois, il réussi à trouver le peu de courage enfoui en lui, sûrement en se remémorant les mots de son amant. Tape frénétiquement sur les petites touches. Et quelques secondes plus tard, le mobile se met à vibrer. « Alexander : message reçu ».
    Parfois, on n'a plus aucune raison de croire en Dieu.



    D O N G H O

    Le petit magnae erre dans l'appartement, déjà silencieux à cette heure. Tous les autres U-KISS dorment déjà, ou font au moins semblant. Il traverse le couloir qui mène aux chambres. Même la lumière de KiSeop le couche-tard est déjà éteinte. Depuis que KiBum est parti, il n'a plus personne avec qui rigoler jusqu'à l'aube.
    DongHo scrute le sol, à la recherche d'éventuels obstacles. Mais ça ne lui arrivera plus, de glisser sur une chaussette qu'Alexander aura oublié de ranger.
    Ce n'est pas non plus KiBum qui viendra le réveiller tendrement demain matin. Et l'enfant n'aura pas à faire son petit caprice pour qu'il finisse par se recoucher avec lui. Il ne se rendormira pas en serrant la main de son aîné dans la sienne. Et plus jamais ils ne se lèveront après avoir été réveillés par la bonne odeur de la cuisine de Xander.
    Le magnae se perd, depuis qu'on lui a retiré ses piliers. Parce qu'Alexander et KiBum le traitaient comme un fils, et qu'ils étaient devenus ses parents de substitution, à défaut de pouvoir voir les siens plus souvent.
    Et ces nombreux rituels lui manquent. Pire, depuis deux mois, il ne s'en sort plus, fait des cauchemars jusqu'au lever du jour. Quand il se réveille en pleine nuit, marche lentement vers la chambre que KiBum occupait quand il était encore là, ouvre la porte.. Il ne distingue qu'une ombre sur le lit. Retour à la réalité. C'est celle d'Hoon, et pas du premier leader du groupe.
    Et c'est la même chose toutes les nuits. Ses deux aînés lui manquent le jour. Mais la nuit tombée bien plus encore, tant qu'elle est devenue une torture que DongHo appréhende de plus en plus. Personne n'entendra plus ses sanglots à travers la porte désormais, ni ne veillera sur ses insomnies.
    Déboussolé. Il regrette d'être devenu une idol. S'il avait su que cela serait si éprouvant, il aurait renoncé dès le départ.
    Et les adolescents normaux, pleurent-ils autant que lui? Perdent-ils eux aussi les gens qui comptent le plus pour eux? Se sentent-ils si seuls que l'absence d'une personne les fait suffoquer? Peut-être qu'eux au moins, ils ont quelqu'un à leur côté.
    Et DongHo lui, voit tomber ses hyung un à un. Il comprend que dorénavant, il n'y aura plus personne pour l'aider.
    Parfois, on ne retrouve plus son chemin.


    H O O N

    La vue du soleil se couchant avait toujours eu un effet apaisant sur Hoon. Ce soir, il ne se contente pas de l'observer par la fenêtre de sa petite chambre. Sans bruit, il quitte l'appartement devenu souvent trop étouffant pour lui.
    En marchant, il repense au tournant qu'a pris sa vie en seulement quelques mois. Lorsqu'il avait appris qu'il était intégré dans les U-KISS, il avait été plus qu'heureux. Il avait toujours trouvé ces sept garçons sympathiques, même sans les connaître personnellement. Il se sentait honoré de faire désormais partie de la bande, impatient de commencer une nouvelle expérience avec un groupe. Il prenait ça pour un nouveau départ, une nouvelle chance qui s'offrait à lui. Il n'avait pas hésité à la saisir, ignorant encore dans quelles conditions se feraient son arrivée.
    Les premiers jours restaient son meilleur souvenir en tant que nouveau membre. Les cinq garçons de la formation d'origine l'avaient accueilli à bras ouverts, et paraissaient si souriants qu'il pensait qu'ils n'avaient finalement pas souffert du départ de leurs deux camarades.
    Mais l'illusion s'évapora doucement, sans qu'il n'ai eu le temps de s'en rendre compte. Les murs n'étaient pas bien épais, il remarqua très rapidement des sanglots provenant des chambres voisines aux siennes. Il avait réussi à distinguer les pleurs de Kevin, et parfois ceux de KiSeop, qui semblait pourtant si insensibles durant la journée. Et s'endormait désormais bercé par ces gémissements.
    Le lendemain, l'androgyne continuait de sourire comme il l'avait si bien fait les jours précédents. Hoon se demanda si les autres n'avaient pas saisi, ou s'ils faisaient semblant de ne rien voir, fatigués
    eux aussi de toutes ces épreuves.
    Lui, il rêvait de l'aider. Il n'avait jamais aimé voir les gens souffrir. Il détestait encore plus quand il se voilait la face pour faire bonne figure. Il avait envie de lui hurler qu'il remarquait tout, ses sanglots et sa voix cassée le matin, ses yeux rougis et gonflés.
    Il avait indéniablement besoin de soutien. Mais qu'est-ce qu'il pouvait faire, lui? C'était en partie de sa faute s'il avait si mal, alors son aide n'était probablement une des choses que SungHyun souhaitait.
    Hoon n'avait pas encore compris qu'ils souffraient tous, dans cet appartement. Mais il regrettait déjà son choix.
    Parfois, c'est compliqué de prendre la place d'un autre.



    J A E S E O P

    JaeSeop ne faisait partie du groupe que depuis peu, mais se sentait déjà comme chez lui. Il n'avait jamais été du genre à douter de lui, se sentir en trop. Mais son rôle lui pesait. Il avait le sentiment d'avoir une place qui ne le revenait pas. Ce n'était pas qu'il se sente inférieur à son prédécesseur, bien au contraire, mais il comprenait que son départ avait engendré des plaies qui, même avec le temps, ne semblaient pas vouloir cicatriser.
    Et il était persuadé que c'était pour ça, qu'Eli ne détournait plus son regard. Même sans être le plus touché des cinq restants, la peine le tiraillait, et il ne se rendait même pas compte qu'il ne contrôlait plus rien, et qu'il laissait son coeur aux mains du premier venu, et c'était le cas de le dire.
    Au début, AJ ne prêtait pas attention à tout cela, mais les semaines passées avec ses camarades détruits par l'absence avaient accru sa sensibilité. Peu à peu, il remarquait chaque détail concernant le deuxième rappeur, supportait difficilement les regards lourds de sens que lui lançait celui-ci.
    Et JaeSeop lui en voulait. Il aurait aimé lui dire, qu'il n'avait pas le droit de faire ça. « Je t'apprendrais à me détester, s'il le faut ». Evidément, il n'avait jamais eu le courage de le faire, ne voulant pas blesser encore plus l'américain. Mais il avait pris la place de deux de ses meilleurs amis, il n'était pas autorisé à s'attacher autant à lui.
    C'était pour le bien de KyongJae, et aussi pour le sien. Parce que malgré ses réticences apparentes, il sentait bien qu'il devenait de plus en plus dépendant de lui. Mais lui, il était perdu.
    Il n'avait jamais vraiment aimé, alors est-ce que ses sentiments correspondaient à ce qu'on appelle l'amour? Il était loin d'en être sûr. Mais il sentait qu'il allait faire quelque chose qu'il regretterait probablement quelques minutes -voire secondes- après.
    En réalité, JaeSeop avait vraiment peur, et ce, pour la première fois de sa vie. Il avait le sentiment qu'il était sur le point d'utiliser Eli, mais sans en saisir les conséquences. Si seulement le plus vieux n'avait pas été si heureux lorsqu'AJ l'emmenait parler dehors, il aurait peut-être vu cette lueur dans ses yeux. Et elle ne lui aurait rien dit de bon, mais c'était trop tard.
    Parfois, on aimerait que les autres nous comprennent en un regard.


    K I S E O P

    Assis en tailleur sur ce lit où il a partagé tant de fous rires avec KiBum. Depuis des jours, il a l'impression de vivre dans un cauchemar. Ses jambes le supportent difficilement, et il préférerait arracher son organe vital de ses propres mains, plutôt qu'avoir à supporter encore ce chagrin accablant.
    Il n'a pas réussi à supprimer les photos de lui et de cet abruti, celles qui saturent la mémoire de son cellulaire. Mais il n'arrive même pas à les regarder de nouveau. Peut-être que comme ça, il arriverait
    à enterrer ces souvenirs qui le malmènent, et enfin recommencer.
    Mais non. Parce qu'il y a trop de choses non avouées, et qui le resteront à tout jamais. Des mots qu'il aurait voulu hurler, quitte à perdre définitivement son ami, mais qui restaient obstinément coincés dans le fond de sa gorge.
    Leur relation n'avait jamais rien eu de compliqué. Dès l'arrivée de KiSeop, le leader avait pris soin de lui. Il ne sait toujours pas s'il le faisait par gentillesse, comme avec les autres membres. Avec lui, ça paraissait.. Différent. Au fil des jours, les sentiments de KiSeop avaient mués en quelque chose qu'il ne connaissait pas.
    Mais il était presque sûr que les mots doux de KiBum n'avait rien d'une blague. De toute façon, il l'aurait compris s'il avait entendu le rythme du coeur de ce dernier, lorsqu'il avait le malheur de l'appeler Bummie.
    KiSeop s'allonge, ferme les yeux. Ses heures de sommeil se comptent sur les doigts de la main, depuis que son aîné a été mis à la porte. Mais s'il n'entendait pas son rire résonner dans la pièce pourtant vide chaque fois qu'il s'endort, peut-être qu'il y arriverait.
    Il n'est pas prêt à tourner la page. Seulement, il ignore qu'ici, c'est un nouveau livre qu'il faudrait commencer s'il souhaite vraiment s'en sortir. Tant qu'il s'obstinera à répéter ces mots en boucle dans son esprit, ça restera impossible. Condamné à être rongé. Par des paroles qu'il n'aura jamais eu le courage de prononcer.
    « Bummie, c'est pas normal hein, que je sois si heureux d'être tous les jours à tes côtés? Et que mon coeur n'arrête jamais de s'accélérer quand tu es un peu trop près.. C'est débile, je sais, pourtant je crois que je ne t'aime plus seulement comme on aime un frère. »
    Parfois, le manque devient insurmontable.



    S O O H Y U N

    SooHyun se couche enfin, le coeur lourd. Ce soir, il a encore entendu Kevin pleurer, parlé longuement avec un Eli complètement perdu. Il n'a pas trouvé Hoon dans sa chambre, quand il a voulu lui souhaiter une bonne nuit. A ensuite passé une bonne heure au téléphone avec chacun des deux anciens membres, essayant vainement de les réconforter, avec le peu de moyen qu'il possède.
    Il a toujours tenu à ce que ces conversations restent secrètes. Jusqu'à ce que les autres cicatrisent au moins un peu. Pour l'instant, ça ne ferait que les détruire encore. Ils n'ont aucunement besoin de ça. Alexander et KiBum étaient d'accords dès le début, mais espèrent qu'un des quatre fera le premier pas.
    Le nouveau leader aussi, a terriblement mal. Mais il veut être digne de KiBum. Alors il reste près des autres, oubliant sa fatigue et sa propre douleur. Faisant de son mieux pour que JaeSeop et Hoon ne ressentent pas le malaise ambiant.
    Seulement il a bien conscience que si personne d'autre que lui n'y met du sien, c'est le groupe qui court à sa perte. Il a beau rester toute la nuit à ses côtés, Kevin ne cesse jamais ses pleurs, KiSeop s'obstine à laisser cette fameuse photo de lui et KiBum, qu'ils avaient eu tant de mal à prendre, en fond d'écran. SooHyun a déjà tout donné, ça ne relève plus de lui maintenant.
    Et quand il parvient enfin à fermer les yeux, il sursaute, réveillé par un bruit, à l'entrée de sa chambre. Comme une marche timide. Quelqu'un qui veut rentrer mais qui n'ose pas. Il se lève difficilement, les yeux encore lourds d'un sommeil de quelques secondes. Ouvre la porte, et découvre un magnae aux traits fatigués. Se souvient que c'est lui, l'enfant du groupe, et pourtant, le seul à ne pas avoir extériorisé sa douleur.
    Alors il le fixe et distingue ses yeux brillants malgré l'obscurité. Le plus vieux soupire.
    « -Hyung, je suis désolé je.. J'ai entendu Kevin pleurer. Mais j'en peux plus, moi non plus. »
    Et l'adolescent ravale difficilement un sanglot, s'apprête à regagner son lit, avant d'être attrapé par un bras bien plus puissant que lui. SooHyun lui adresse un petit sourire sincère, malgré la fatigue apparente. Il le serre contre lui, comme s'il se raccrochait à cette étreinte. Comme si c'était lui, qui avait besoin de l'enfant, et non le contraire. Et il glisse ses doigts dans les cheveux de DongHo, qui lui, a enroulé ses petits bras autour de la taille du leader.
    Parfois, on voudrait aider les gens qu'on aime à se reconstruire.


      La date/heure actuelle est Ven 24 Nov - 10:58