[OS] The inner apology is a killer

    Partagez

    Invité
    Invité

    [OS] The inner apology is a killer

    Message par Invité le Dim 27 Juin - 4:30

    Titre : The inner apology is a killer
    Auteure : Stéfany (moi ^^)
    Rating : R (yaoi, scènes sexuelles et de violence, langage)
    Genre : Univers alternatif, angst, romance
    Couple : Soohyun/Kiseop (avec léger Soohyun/OC)
    Résumé : Le monde touche à sa fin et rien n’est plus important que survivre.
    Disclaimer : S’ils m’appartenaient, il y aurait du fanservice obligatoire.
    Notes de l’auteure : Dédié à Emy & Myr qui m'ont entendu parler de cette fic depuis un moment. Dédicasse à mon amie Marjolaine qui depuis le début m'encourage mais surtout m'inspire.

    ---

    Lorsque Soohyun se réveilla le troisième jour, il était affamé.

    Un oiseau chantait au loin une douce mélodie, appelant sans relâche ses quelques amis, et Soohyun avait presque envie de pleurer.

    Il releva à peine les paupières et scruta les alentours, essayant de discerner entre ses cils comment la journée s’annonçait depuis l’endroit où il se trouvait prisonnier. Il entendait l’eau voguer doucement sous lui vers le sud, ne se préoccupant aucunement de ce qui l’attendait lorsqu’elle atteindrait l’océan, quelques heures plus tard. Soohyun aurait voulu sauter à l’eau, se laisser porter par les vagues et abandonner.

    Soohyun ouvrit finalement les yeux et regarda le ciel, dans l’espoir de voir des nuages gris. Le temps n’était pas clair, mais de ce qu’il avait appris cette dernière semaine sur la météo de la Corée du Sud, il n’allait pas pleuvoir de si tôt. Parce que Soohyun n’était pas seulement affamé mais il était assoiffé. Le court orage d’hier après-midi n’avait rien fait pour apaiser sa soif, et les gouttes de pluies goûtaient plutôt acide. Soohyun avait décidé à ce moment-là que s’il devait mourir en buvant de l’acide, au moins il n’aurait plus soif.

    Malheureusement, il était toujours en vie, et il commençait à se demander si sa bonne santé n’était pas un mauvais sort que Dieu avait décidé de lui jeter pour lui faire regretter de ne pas avoir mangé d’hamburgers depuis 2 ans.

    Comme il aurait aimé un hamburger.

    Soohyun se frottait l’œil droit lorsqu’il entendit un toussotement.

    « Um… »

    Soohyun se redressa aussi rapidement qu’il le pouvait dans son état, à présent plus éveillé que jamais, et aperçu la personne qui avait dérangé son état de délire. À une dizaine de mètres de lui se tenait un jeune homme qui semblait avoir le même âge que lui, plutôt mince, les cheveux brun avec un visage qui aurait pu être magnifique si le monde n’était pas en train de mourir autour d’eux. Soohyun et le jeune homme se regardèrent un moment, puis l’autre prit la parole.

    « Um… tout va bien ? »

    Soohyun voulait l’envoyer promener, voulait lui crier de foutre le camp, le frapper, le traiter de toutes sortes de nom, voulait le battre, le tuer s’il le fallait.

    Mais Soohyun n’était pas dans l’état de faire aucune de ces choses, puisqu’il pouvait à peine bouger et qu’il était destiné à demeurer à cet endroit pour le restant de sa maintenant courte vie. Jusqu’à ce que cet étranger vienne le déranger. Soohyun dit ce qui lui semblait le plus approprié.

    « Ma jambe est cassée »

    Le jeune homme baissa son regard sur les jambes de Soohyun puis releva la tête. Il cligna des paupières pendant quelques secondes puis s’approcha. Soohyun se refrogna automatiquement et le brun s’arrêta dans ses pas, levant les mains en signe de paix.

    « Je veux juste t’aider » dit-il d’une petite voix, et malgré la générosité et la gentillesse qu’il démontrait envers Soohyun, ce dernier vit dans les yeux de son compagnon une petite lueur de pure horreur et de peur, et il eu soudainement pitié de cette âme qui ne voulait que du bien.

    Quelques secondes plus tard, Soohyun était soutenu par le maigre bras du nouveau venu et il marchait avec peine dans une direction inconnue.

    *

    Le monde, Soohyun se rappela vaguement, avait commencé à se comporter étrangement. Il y avait d’abord eu des dizaines de catastrophes naturelles partout dans le monde. Et puis soudainement, la misère avait pris le dessus… Soohyun avait des souvenirs de coups de feu, d’explosions, de cendres, de cris, de rouge, de noir. Il s’était cassé la jambe en fuyant, ça il en était certain.

    Kiseop, lui apprit son compagnon, ne se souvenait que de peu de choses. Il n’aavait que peu de souvenirs de ce qu’était la vie avant celle-ci. Il raconta à Soohyun qu’il était resté au chevet de sa mère jusqu’à il y a deux jours, lorsqu’elle était décédée d’une blessure que Kiseop n’avait su soigner correctement. Lorsqu’il lui raconta son histoire, alors qu’il enroulait un bandage autour de la jambe de Soohyun, ce dernier pouvait voir que les yeux de Kiseop devenaient de plus en plus brillants de tristesse, mais il ne fit aucun commentaire.

    « Tu sais, j’ai perdu ma petite amie » dit Soohyun pour changer le sujet.

    Kiseop releva la tête, ses mains enroulant toujours le bandage autour de la jambe droite de Soohyun, ses yeux toujours brillants.

    « Oh, je suis désolé » murmura-t-il.

    « Je ne l’ai plus revue depuis le jour où… ça, est arrivé. Je ne sais pas où elle est, mais je sais qu’elle va bien » continua Soohyun, le fantôme d’un sourire aux lèvres.

    Kiseop déposa doucement la jambe de Soohyun sur le sol, ce qui lui tira une grimace.

    « Tu le sais ? » demanda Kiseop tout en rangeant les bandages restants dans une petite boîte de fer.

    « Oui » répondit Soohyun en se mordant la lèvre inférieure. « Si elle… je le sais »

    Kiseop leva les yeux vers Soohyun et lui lança un sourire compatissant, bien que peu convaincant. Il se leva et se dirigea vers le fond de la pièce.

    Kiseop avait entraîné Soohyun dans un édifice abandonné à quelques minutes à pied de l’endroit où Soohyun avait passé les trois derniers jours. Il y faisait sombre et leur seule lumière était un feu que Kiseop gardait vivant à l’aide de papier journaux qu’il ramassait lorsqu’il partait à la recherche de nourriture. À leur arrivée, Kiseop avait donné à Soohyun une petite bouteille d’eau et quelques noix (« Désolé, c’est tout ce que j’ai pour le moment ») et lui avait expliqué que lorsqu’il l’avait aperçu, il revenait de ses recherches quotidiennes de nourriture, celle-ci ayant eut peu de succès. Soohyun l’avait remercié et Kiseop s’était occupé à sa jambe.

    La pièce, malgré le feu, était froide et peu accueillante, mais Soohyun en vint à la conclusion que c’était probablement l’un des endroits les plus convoités du monde en ce moment. Alors il se tut.

    « Comment elle s’appelle ? Si ça ne te dérange pas » demanda Kiseop de l’autre bout de la pièce en rangeant la boîte dans un coffre de fer un peu plus gros.

    « Jiyeon » répondit Soohyun en fermant les yeux. « Kim Jiyeon ».

    Kiseop revint un moment plus tard et s’assit à nouveau sur le sol après avoir bien pris soin de le balayer de la main. Soohyun ouvrit les paupières.

    « Pourquoi as-tu tous ces trucs de soins ? Pas que ce n’est pas utile mais je me demande, avec ce qui se passe depuis… tu vois »

    Kiseop eut un petit rire mais ne tourna pas la tête vers Soohyun et garda ses yeux fixé sur les flammes.

    « Je voulais devenir médecin »

    Soohyun le fixa du regard et fronça les sourcils. Ce garçon, médecin ?

    « J’étais en première année d’université. Depuis que je suis tout petit, ma mère a toujours eu cette trousse de soin à la maison. Quand tout est devenu dingue, enfin, tu comprends, je n’avais pas mes outils, alors c’est tout ce que j’ai pensé prendre. Ma mère m’a félicité de ma rapidité d’esprit, mais… »

    Kiseop laissa mourir sa voix et Soohyun ne rajouta rien; il comprenait parfaitement et ne voulait pas que la seule personne qui semblait encore saine d’esprit ne se prenne la tête à penser à des évènements qu’il aurait préféré oublié.

    Ça, Soohyun trouvait que c’était très compréhensible. Il tourna son regard vers les flammes et resta silencieux.

    *

    Kiseop avait deux ans de moins que Soohyun et était parmi les premiers de sa classe à l’université. Depuis qu’il était tout petit il aimait s’occuper des autres et voir à leur bien-être, ce qu’il avoua plus tard être son seul talent. En effet, lui révéla Kiseop, il n’était pas doué pour beaucoup de choses à part soigner les gens et, à présent, allumer un feu, et Soohyun pu en témoigner lorsque Kiseop accepta pour la première fois en deux semaines qu’il l’accompagne dans ses recherches de nourriture, même si Soohyun avait grande peine à marcher.

    « Tu sais, le sac était là, sur le sol, juste devant toi » ricana Soohyun en s’appuyant sur la béquille que Kiseop lui avait construit à l’aide de diverses branches d’arbres.

    « T’as l’habitude de voir des sacs de chips neufs au milieu de la rue toi? » grogna Kiseop en prenant une des dites chips et en la croquant avec violence.

    « Plus rien ne m’étonnes aujourd’hui » déclara Soohyun.

    Une nuit, tandis que Kiseop changeait les bandages de Soohyun (« Tu vois, c’est enflé, je t’avais dis que tu aurais dû rester et m’attendre ») il avait demandé à Soohyun ce que ce dernier faisait dans la vie avant que le monde dérive, et Soohyun lui avait répondu qu’il chantait.

    Et c’était la vérité.

    Soohyun était propriétaire d’une petite librairie dans un quartier tranquille de Séoul. Il achetait lui-même tous les romans qu’il vendait ainsi que tous les autres produits disponibles dans son petit palais tels des crayons, des cahiers, etc. Il avait acheté le local deux ans auparavant alors qu’il venait tout juste de rencontrer Jiyeon. Le commerce marchait juste assez pour lui permettre de payer les factures et cela lui suffisait amplement.

    Le soir, Soohyun faisait la tournée des bars. Pas pour boire, bien que cela lui arrivait s’il avait une petite crise de paresse; il allait de bar en bar, montait sur la scène lorsqu’on lui permettait, et il chantait. Personne ne l’écoutait, mais parfois les propriétaires des bars lui donnait de l’argent, et Soohyun les remerciait chaleureusement, prenant les quelques 10000 wons comme un cadeau extraordinaire.

    Jiyeon, pour sa part, travaillait dans une friperie pas très loin de leur appartement. Soohyun raconta à Kiseop qu’il lui arrivait parfois d’arriver à la maison et de trouver Jiyeon en train de créer des vêtements pour la friperie dans l’espoir de créer plus de diversité et peut-être faire plus d’argent.

    « Et ça t’allais, cette vie ? Avec si peu de choses ? »

    Soohyun sourit tristement.

    « De quoi d’autre aurais-je eu de besoin ? »

    Kiseop ne répondit rien.

    Certains soirs où les recherches de nourriture et d’eau s’étaient avérées inefficaces, Soohyun chantait pour faire passer le temps. Il chantait des chansons lentes car c’était ce qu’il préférait. Kiseop lui faisait parfois des demandes spéciales, et souvent il tombait endormi près du feu à l’aide de la voix de Soohyun. Ce dernier soulevait alors Kiseop et l’amenait avec peine à l’endroit qu’ils avaient désigné comme étant le lit; ils dormaient sur le sol, mais Kiseop avait déniché quelques couvertures qui ensemble créaient un mince et inconfortable matelas.

    Soohyun s’allongeait sur le dos à ses côtés et regardait le plafond, attendant que le sommeil le trouve.

    *

    Un soir, Kiseop revint avec un lapin enroulé dans une serviette.

    Soohyun ricana sur le moment, la situation étant assez absurde à ses yeux. Pourquoi prendre la peine de couvrir un lapin mort qui de toute façon allait être dévoré par eux-mêmes quelques dizaines de minutes plus tard ? Mais lorsque Soohyun aperçu le regard réprobateur de Kiseop qui déposait lentement le lapin sur le sol, il tut son ricanement et l’aida à la tâche, évitant de dire quoi que ce soit qui pourrait rendre plus froid le jeune homme.

    « Où as-tu réussi à trouver un putain de lapin de toute façon ? » demanda Soohyun, la bouche pleine, une trentaine de minutes plus tard.

    Kiseop, qui avait des difficultés à couper sa viande, lui lança rapidement un regard. « Lapinou Village. »

    Soohyun arrêta de mastiquer et cligna quelques fois des paupières, regard fixé sur Kiseop et le pauvre bout de lapin qui était en train de se faire déchiqueter.

    Puis il éclata de rire.

    Les yeux fermés et riant à grands éclats, Soohyun ne vit pas Kiseop relever doucement la tête, les sourcils froncés et une expression de pure confusion sur le visage. Il ne vit pas non plus le petit sourire se former au coin des lèvres de Kiseop qui l’observait dans son état de pure euphorie.

    Soohyun n’entendit que Kiseop se mettre à rire avec lui, et lorsque ses propres ricanements se calmèrent assez pour lui permirent d’entrouvrir les yeux, il aperçu son ami penché vers l’avant, se tenant le ventre, riant lui aussi pour une raison maintenant oubliée.

    *

    Soohyun ne voyait plus le temps passer. Il était certain que Kiseop lui tenait compagnie depuis maintenant au moins deux mois sinon plus. La jambe de Soohyun guérissait rapidement, bien que Soohyun ne puisse toujours pas marcher de longues distances sans souffrir de douleurs. Kiseop, inquiet, l’avait condamné à rester dans leur « cachot », comme ils avaient pris l’habitude de surnommer l’endroit où ils se trouvaient, pendant que lui-même allait à l’extérieur. Du moins jusqu’à ce que Soohyun puisse marcher sans problème.

    Soohyun, malgré le fait qu’il aura aimé aider Kiseop dans les recherches de nourriture, était très reconnaissant que le plus jeune s’occupe aussi bien de lui.

    Un après-midi alors qu’ils faisaient bouillir l’eau que Kiseop avait recueillie à quelques kilomètres de leur cachot (l’eau avait une teinte blanche, et malgré les diverses interruptions de Soohyun disant que la pluie ne l’avait pas tué simplement parce qu’elle était acide, Kiseop avait insisté pour qu’ils fassent bouillir l’eau, quitte à en perdre une partie par évaporation, pour éliminer le plus de bactéries possibles), Kiseop demanda :

    « Il est arrivé quelque chose ? »

    Soohyun, qui regardait dehors en silence en attendant que l’eau soit prête, se retourna vers Kiseop qui l’observait de son poste sur le sol, les jambes repliées vers lui, le menton appuyé sur ses genoux. Kiseop ressemblait à un petit garçon qui avait fait une bêtise, les lèvres légèrement tournées vers le bas, les yeux ronds brillants de savoir.

    « Je ne comprends pas » répondit Soohyun, bien qu’il comprenait très bien. Il n’arrivait simplement pas à admettre le fait que Kiseop arrivait à le lire comme un livre ouvert si peu de temps après leur rencontre. Il supposa que c’était ce que la fin du monde vous faisait.

    « Je suis désolé, je n’aurais pas dû demander » s’excusa Kiseop après un moment. Il tourna la tête vers l’eau et lui jeta un rapide coup d’œil avant de soupirer.

    Soohyun tourna à nouveau son regard vers l’extérieur et les mots sortirent de sa bouche avant même qu’ils aient pu les arrêter.

    « Je crois qu’il lui est arrivé quelque chose, oui. Je… elle me manque. Elle me manque tellement… »

    Il sentit sa voix se briser dans sa gorge et prit une grande respiration en fermant les yeux. Jiyeon lui manquait énormément et depuis qu’il s’était réveillé ce matin-là, quelque chose lui faisait croire que tout n’allait pas bien. D’une certaine manière, c’était comme si une partie du monde qu’il aimait, le monde dans lequel il avait vécu et qu’il avait connu par coeur, s’était brisée, ou s’était perdue. Et d’une certaine façon, il savait que cela avait un rapport avec Jiyeon.

    Soudainement, il sentit une source de chaleur sur son épaule et il dut ouvrir les yeux pour comprendre que c’était la main de Kiseop.

    « L’eau est prête » dit-il doucement et silencieusement, comme s’il avait peur que Soohyun se brise devant ses yeux.

    Soohyun le suivit à l’intérieur de la pièce sans en avoir grande conscience. Quelque chose n’allait pas.

    *

    Une semaine plus tard, Soohyun se réveilla au bruit d’une explosion.

    Il ne put retenir le cri qui s’échappa de sa gorge, et le vacarme s’interrompit aussi vite qu’il avait commencé. Paniqué, Soohyun se redressa et essaya de voir quelque chose malgré sa vision encore endormie dû au réveil brutal. Au moins, il était sûr d’une chose, c’était qu’il était toujours en vie.

    Et soudain, une autre vague de panique s’empara de son esprit : Kiseop.

    Il se leva rapidement et jura entre ses dents lorsque qu’une vague cette fois-ci de douleur passa de haut en bas dans sa jambe, mais il se reprit vite en avança quelques pas, seulement pour se retrouver nez à nez avec Kiseop.

    « Mais qu’est-ce que - »

    « Bon matin » coupa Kiseop d’une voix dûre. Soohyun cligna des yeux, confus; Kiseop ne parlait pas comme cela habituellement.

    « C’était loin » continua son ami qui avait mis ses mains sur les avant-bras de Soohyun. « Une journée, une journée et demie de marche je dirais. Ils ne sont pas près d’être arrivé ici. Mais nous allons devoir être prudents »

    Soohyun croisa le regard dur et froid de Kiseop, si inhabituel qu’il souhait ne plus jamais revoir rien de tel.

    «… quoi ? » dit Soohyun après un moment, sourcils froncés. Kiseop lâcha prise sur ses bras et ricana doucement, toute trace de froideur disparue.

    « Tu ne croyais tout de même pas que nous étions les seuls survivants ? »

    Il retourna vers l’entrée de la pièce et jeta un coup d’œil à l’extérieur. « Mais le fait est que nous ne pouvons faire confiance à personne. Pas dans cette situation en tout cas. »

    Soohyun alla s’asseoir près du feu maintenant pratiquement mort et Kiseop vint le rejoindre quelques secondes plus tard. Soohyun mâchait la petite portion de pain qui constituait son déjeuner en silence tandis qu’il réfléchissait à ce que Kiseop lui avait dit.

    « Alors pourquoi as-tu eu confiance en moi ? » Soohyun ne put s’empêcher de demander, regardant Kiseop du coin de l’œil. Ce dernier le fixa à son tour. « Je veux dire, tu aurais pu me laisser crever sur ce putain de pont. Mais tu m’as aidé. C’est même toi qui est venu vers moi ».

    Soohyun regarda Kiseop dans les yeux. Ce dernier ne bougeait plus d’un pouce et si Soohyun avait été endormi, il aurait cru à une statue très ressemblante de son compagnon. Kiseop avala avec difficulté et regarda le feu, y jetant de petites branches qui ne firent rien pour améliorer son sort.

    « Je ne sais pas, je l’ai juste fait » répondit finalement Kiseop, sa voix légèrement voilée et tremblante.

    Soohyun haussa les épaules et prit un autre morceau de pain.

    « En tout cas, c’était sincèrement gentil de ta part. Je me serais probablement jeté à l’eau, sans toi. »

    Soohyun ne remarqua jamais que Kiseop ne jetait plus de branches dans le feu mais les tortillait dans ses mains, les yeux fermés, prenant de grandes respirations tremblantes.

    Kiseop était myope, mais Soohyun ne voyait jamais rien.

    *

    « Merde »

    Il était bloqué, il n’y avait plus rien à faire.

    Soohyun s’empara des cartes étalées sur le sol et les brassa rapidement, sa partie de Solitaire ayant touché sa fin. La journée d’avant, Kiseop et lui avaient trouvé dans une ruelle un vieux jeu de cartes et ils avaient passé la soirée à jouer à divers jeux plutôt que de se soucier de ce qu’ils allaient bien pouvoir avaler. Soohyun devait avouer qu’il ne s’était pas autant amuser depuis longtemps.

    Il rangea les cartes dans le petit carton abîmé et regarda à l’extérieur. N’ayant aucune notion du temps qu’il était, Soohyun remarqua seulement que le soleil était bien plus bas que lorsque Kiseop était parti en début d’après-midi. Depuis combien de temps exactement Kiseop était-il absent ?

    Le jeune homme sortit de leur cachot, les mains dans les poches. Sa jambe était à présent guérie, bien qu’enflée quelques fois. Soohyun se trouvait chanceux, dans cette situation, que sa jambe soit à nouveau en bon état. Il prit note de rendre la pareille à Kiseop, de le remercier mille fois pour tout ce qu’il avait fait pour lui.

    Soohyun attendit quelques dizaines de minutes à l’extérieur lorsque la silhouette de son compagnon apparue à l’horizon. Soohyun s’apprêta à entrer lorsqu’il remarqua quelque chose d’inhabituel. Il regarda attentivement son ami qui approchait – plus lentement, même beaucoup plus lentement qu’habituellement. Soohyun avança de quelques pas tandis que Kiseop approchait d’un pas lourd et lorsqu’il fut à une distance raisonnable, Soohyun vit se qui clochait.

    Kiseop saignait. Il se tenait le bras droit à l’aide de son autre main valide, un tissu rouge sang appuyé contre sa peau. Soohyun paniqua et courut à sa rencontre.

    « Qu’est-ce qui s’est passé ? » cria pratiquement Soohyun.

    Kiseop eut un petit sourire forcé qui se transforma en grimace de douleur.

    « Je suppose que ceux qui ont créé l’explosion sont arrivés près d’ici. La femme avait une arme »

    Les yeux de Soohyun devinrent ronds tandis qu’il aidait Kiseop à entrer dans leur logis.

    « Elle t’a… ?! »

    « Non, non » répliqua rapidement Kiseop, puis il ajouta « La balle m’a éraflé, c’est tout »

    « Tu crois qu’ils vont venir ici ? »

    « Non, c’était plus au sud »

    Soohyun fit asseoir Kiseop près du feu à présent mort pour l’après-midi et alla chercher la trousse de soin que son ami avait utilisé si souvent pour prendre soin de lui. Il s’assit face à Kiseop et ouvrit la petite boîte pour y trouver le rouleau de bandage.

    « Je peux le faire moi-même » dit Kiseop d’une voix grave, mais Soohyun le fit taire d’un signe de main.

    « Je t’ai vu le faire à plusieurs reprises, je crois que je peux me débrouiller »

    Kiseop n’ajouta rien et baissa la tête, silencieux.

    Soohyun prit une grande bouffée d’air et se débarrassa du bout de tissu qui couvrait la blessure de Kiseop. Pendant un court moment, Soohyun eut envie de fuir. La blessure saignait beaucoup et était assez profonde, et il se demandait comment Kiseop faisait pour ne pas pleurer, crier, ou avoir une réaction alternative. Il eut une grande vague d’admiration pour le jeune homme face à lui.

    Soohyun s’empara de la bouteille d’alcool, la montra à Kiseop qui acquiesça rapidement et se mordit la lèvre inférieure. Soohyun en versa rapidement sur la blessure (autant ne pas faire durer la souffrance plus longtemps, se dit-il) et Kiseop laissa échapper un petit gémissement avant de se taire à nouveau. Soohyun mit l’alcool de côté et commença à enrouler maladroitement le bandage autour de la blessure.

    Aucun des deux ne dit quoi que ce soit. Kiseop respirait doucement, la tête basse, les yeux clos et la lèvre inférieure toujours emprisonnée entre ses dents. Soohyun faisait de son mieux pour enrouler le bandage comme Kiseop le faisait, mais se rappela que ce n’était probablement pas pareil pour chaque partie du corps et un sentiment accablant s’empara de lui.

    « Soohyun ? » dit Kiseop d’une voix si basse que Soohyun l’entendit à peine.

    Kiseop laissa tomber sa tête sur l’épaule de Soohyun, ce dernier terminant le bandage de du jeune homme. Une tache de sang avait déjà fait son apparition sur le bandage.

    « Oui ? » marmonna Soohyun en rangeant les outils dans la boîte.

    « Ne me laisse pas seul, s’il te plait »

    Soohyun se figea, un sentiment étrange s’emparant de lui. Bien entendu qu’il n’allait pas laisser Kiseop. De toute façon, où irait-il ? Depuis que Kiseop l’avait trouvé, Soohyun avait en lui l’espoir de survivre, alors pourquoi voudrait-il délaisser ce sentiment si réconfortant ?

    « Je ne te laisserai pas, Kiseop » répondit Soohyun d’une voix rauque, le poids de la tête de son compagnon à présent très pesant sur son épaule. Kiseop lui avait demandé de ne pas le laisser, mais Soohyun croyait y voir quelque chose de plus. Quelque chose qu’il n’arrivait pas à définir, quelque chose que Kiseop avait voulu dire sans l’exprimer.

    Kiseop se redressa et lorsque Soohyun tourna la tête vers lui, Kiseop le regardait avec ces yeux brillants qui lui donnaient des frissons dans le dos. Soohyun se sentit hypnotisé par le regard du jeune homme jusqu’à ce que celui-ci approche son visage du sien.

    Kiseop l’embrassa doucement pendant quelques secondes puis recula de quelques centimètres, regardant, attendant une réponse de la part de Soohyun.

    Soohyun pensait à des milliers de choses. Comment devait-il réagir, mentalement et physiquement, que devrait-il dire, faire, qu’allait penser Jiyeon, Jiyeon, Jiyeon, sa petite amie, Kiseop. Lorsque Kiseop l’avait embrassé, Soohyun aurait préféré voir des feux d’artifices, voguer sur les nuages, voir la vie en rose.

    Mais en réalité, Soohyun n’avait rien ressentit de cela.

    Il réalisa finalement dans quelle situation il se trouvait, ce qui venait de se passer, et en vint à la conclusion que repousser Kiseop maintenant n’allait mener à rien de bon. Il était tout ce que Kiseop avait, et vice versa. Il lui avait promit qu’il n’allait pas le laisser, et Soohyun comprit que cela s’appliquait à n’importe quel aspect de leur vie à présent. Kiseop ne voulait pas être seul.

    Soohyun sortit finalement de son état de statue et leva les yeux vers Kiseop, qui le regardait toujours. Il cligna lentement des paupières, priant que tout se passe bien, et Kiseop se pencha à nouveau vers lui et déposa ses lèvres contre les siennes.

    Soohyun répondit au baiser avec réticence, son esprit lui criant que ce n’était pas une bonne idée et qu’il allait les blesser tous les deux dans cette histoire. Mais lorsqu’il sentit la langue de Kiseop caresser sa lèvre inférieure, il entrouvrit ses lèvres et laissa cette dernière explorer chaque parcelle de sa bouche. Les mains de Kiseop vinrent s’enrouler autour du cou de Soohyun et ils se rapprochèrent encore plus qu’ils ne l’étaient déjà.

    Sans trop y penser, Soohyun brisa leur baiser et alla embrasser la mâchoire de Kiseop. Le jeune homme pencha sa tête vers l’arrière pour donner un plus grand accès à Soohyun. Lorsqu’il embrassa un endroit sensible près de l’oreille de Kiseop, ce dernier laissa échapper un petit gémissement de plaisir. Soohyun s’empara à nouveau des lèvres de Kiseop et l’embrassa férocement.

    Ce n’est pas une bonne idée disait la petite voix à l’intérieur de l’esprit de Soohyun, mais à ce stade, il s’en contrefichait.

    Peu de temps plus tard, en faisant attention à la blessure de Kiseop, ce dernier se retrouva torse nu tandis que Soohyun embrassait son épaule. Kiseop lui retira aussi son t-shirt et explora le torse musclé de Soohyun du bout des doigts, tracant avec ses ongles les abdominaux de l’homme. Soohyun embrassa la clavicule de Kiseop puis descendit vers le bas, ce qui causa à Kiseop d’enrouler ses bras autour de sa taille. Kiseop embrassa à nouveau les lèvres de Soohyun et gémit dans le baiser lorsque ce dernier passa son pouce entre sa hanche et son pantalon. Kiseop rompit le baiser pour reprendre son souffle, la tête appuyée sur l’épaule de Soohyun tandis que celui-ci déboutonnait son pantalon. Lorsque Kiseop releva la tête, le regard de Soohyun croisa celui le sien et Soohyun, prit par un élan d’il ne savait trop quelle origine, souleva le jeune homme et l’amena vers le fond de la pièce, sur leur lit.

    Lorsque Soohyun embrassa Kiseop sous lui, les jambes autour de ses hanches et les bras autour de son cou, la petite voix à l’intérieure de lui disparut, remplacée par le désir de faire plaisir à Kiseop, de le rendre heureux.

    Il l’embrassa à tous les endroits qui lui étaient accessibles tandis que Kiseop haletait légèrement, silencieusement, s’agrippant aux épaules de Soohyun, laissant des marques. Soohyun bougeait à un rythme régulier et Kiseop n’y fit aucune objection, se contentant de gémir doucement lorsque Soohyun atteignait un point particulièrement sensible. Lorsqu’il vint, Kiseop murmura le nom de Soohyun et celui-ci vint quelques secondes plus tard, se laissant tomber aux côtés de Kiseop. Il l’embrassa avec négligence, lui chuchota un merci, puis ferma les yeux, Soohyun l’imitant.

    *

    Lorsqu’il se réveilla au milieu de la nuit, il était seul, nu, et un sentiment de culpabilité s’empara immédiatement de lui.

    Qu’est-ce qu’il était idiot.

    Il se redressa lentement, prit une des couvertures sous lui pour se couvrir, et regarda autour de la pièce. Le feu était allumé, les flammes basses mais chaleureuses, et Soohyun en vint à la conclusion que Kiseop devait être allé chercher du bois.

    En effet, quelques secondes plus tard, Kiseop entra dans la pièce, ne portant que son jean, et lorsqu’il vit que Soohyun était éveillé, il détourna le regard. Il avança à grands pas vers le feu et y jeta les brindilles. Les flammes montèrent peu.

    Ils restèrent silencieux.

    « Veux-tu que je t’aide à changer ton bandage ?» Soohyun demanda enfin, énervé par cette situation plus qu’inconfortable. Kiseop se tourna vers lui puis jeta un coup d’œil sur son bras droit. Le bandage était véritablement en piètre état et le jeune homme acquiesça après un moment d’hésitation. Il alla prendre les bandages pendant que Soohyun enfilait ses propres jeans. Ils s’assirent ensemble près du feu et Soohyun déroula lentement le tissu du bras de Kiseop. Ils restèrent dans un silence assourdissant jusqu’à ce que Kiseop prennent la parole.

    « Tu n’avais pas à le faire. Cet après-midi »

    Soohyun ne répondit rien et épongea la blessure toujours aussi grave de Kiseop, prenant soin de ne pas croiser le regard du jeune homme. Kiseop reprit :

    « Je sais que tu ne ressens pas ce que je ressens »

    « C’est important? » ne peut s’empêcher de demande Soohyun d’une voix sèche et froide. Kiseop devint tendu, et Soohyun l’aperçut du coin de l’œil qui regardait le plafond.

    « En fait, oui. Je ne veux pas t’obliger à faire des choses que tu ne veux pas… Alors si tu souhaites- »

    « Je ne te laisserai pas » coupa Soohyun, le regard dur à présent levé vers son compagnon. Kiseop soutint son regard un moment puis un faible sourire apparu sur son visage.

    « D’accord » murmura-t-il, et Soohyun lui rendit son sourire avant de retourner à sa tâche.

    Soohyun ne ressentait pas la même chose que Kiseop, mais il appréciait beaucoup son compagnon, et le voir heureux était ce qui comptait le plus aux yeux de Soohyun.

    *

    Peu de choses changèrent, à l’exception que Soohyun insistait à accompagner Kiseop chaque fois qu’il allait à l’extérieur, inquiet qu’il lui arrive un autre accident. La blessure du jeune homme guérissait beaucoup plus rapidement que Kiseop lui-même avait espéré, et il félicita Soohyun pour ses talents innés.

    Ils ne disaient pas un mot sur ce qui s’était passé, et Soohyun, franchement, préférait cela ainsi.

    Parfois, il regardait Kiseop du coin de l’œil et remarquait cette tristesse pratiquement fantôme qui apparaissait sur son visage, et Soohyun se sentait coupable à l’idée qu’il pouvait être la cause de la détresse de son ami. Mais dès que Kiseop croisait son regard, son sourire revenait comme par magie, et Soohyun oubliait tous les doutes qui hantaient son esprit.

    Kiseop était heureux.

    Ils allaient à la recherche de nourriture ensemble, discutaient de tout et de rien, dormaient toujours côtes à côtes sur les couvertures. Parfois, Soohyun se réveillait pour ressentir le bout du nez de Kiseop contre son bras, le corps de ce dernier tourné vers Soohyun. Quelques semaines auparavant, Soohyun aurait trouvé cela bizarre, mais maintenant il ne disait rien et retrouvait facilement le sommeil.

    Le désir qu’avait Soohyun de faire de son mieux malgré une absence de sentiment l’épuisait à une vitesse folle. Sourire, ne rien dire qui pourrait sembler offusquant, écouter tout ce que lui racontait Kiseop. Ce dernier, un matin, lui jura qu’il n’avait pas à faire quoi que ce soit pour lui, et que les obligations que se donnait Soohyun commençaient à atteindre l’esprit de Kiseop de façon négative. Il lui fit promettre d’agir normalement et de ne pas se soucier de lui, ce que fit Soohyun.

    Mais, pensa-t-il, ce n’était pas si simple.

    *

    Soohyun et Kiseop trouvèrent une voiture. Celle-ci semblait fonctionner correctement et contenait juste assez d’essence pour bouger.

    Ce soir-là, ils firent leurs bagages (la trousse de premiers soins de Kiseop, le jeu de cartes de Soohyun et les couvertures qui formaient leur lit) et prirent le volant en direction du nord. Soohyun et Kiseop avait décidé que c’était la meilleure solution, puisqu’aller au sud ne les mènerait nulle part. Soohyun avait blagué que si la fin du monde ne s’était produite qu’en Corée du Sud, la Corée du Nord ne pouvait pas être bien plus déplaisante.

    Soohyun marmonnait un air en tapotant le volant tandis que Kiseop essayait en vain de lire les affiches pour savoir dans quelle direction ils se dirigeaient.

    « Mes putains de yeux, j’y vois rien »

    « Heureusement que je suis là alors » ricana Soohyun. « T’inquiètes pas, je sais où nous allons.»

    Environ une heure plus tard et le taux d’essence à présent très bas, Soohyun coupa le moteur, ce qui fit sortir Kiseop de son demi-sommeil. Ce dernier regarda autour de lui en fronçant les sourcils, essayant de voir dans la noirceur où Soohyun l’avait conduit. Ce dernier sortit de la voiture et s’en éloignait lorsque Kiseop s’exclama d’une voix plus aigue qu’à l’ordinaire :

    « C’est la plage ?! »

    Soohyun éclata de rire et se mit à courir vers les vagues, Kiseop marmonnant des choses incompréhensibles derrière lui. Lorsqu’il ne fut qu’à quelques mètres de l’eau, il se débarrassa de ses chaussures et de son t-shirt.

    « Tu ne vas pas te baigner là-dedans ? » lui cria pratiquement Kiseop qui était à présent à sa hauteur, le souffle court. « Tu ne peux même pas voir comment est l’eau ! Elle est peut-être extrêmement polluée ! »

    Soohyun envoya un regard dur vers Kiseop.

    « T’as qu’à te dire que tu prends un bain. Tu sais ça fait combien de temps que je n’ai pas pris un véritable bain ? »

    Kiseop resta silencieux, les yeux fixés sur les vagues qui s’échouaient à quelques mètres de leurs pieds. Soohyun attendit une réponse, mais lorsqu’elle ne vint pas, il soupira. Il appréciait beaucoup Kiseop, mais il pouvait parfois l’énerver. Il avait souvent peur et ne faisait jamais aucun geste dont les conséquences lui étaient incertaines.

    « Tu sais, Kiseoppie, rien ne peut être plus grave que notre situation en ce moment. Ce n’est pas une petite baignade dans une eau potentiellement polluée qui me fera crever plus tôt ou plus tard. »

    Sur ces mots, il s’avança vers les vagues qui lui frappèrent les chevilles de plein fouet. Il avança, le vent lui traversant les cheveux. Il ne se retourna que lorsque le niveau de la mer lui arrivait au milieu du torse.

    Kiseop se tenait pieds nus sur le bord de la plage, les vagues lui caressant à peine les pieds pendant plus de trois secondes. Il avait les yeux fermés et les bras autour du ventre, figé.

    Soohyun ne pu s’empêcher de sourire.

    Ils décidèrent de dormir sur la plage cette nuit-la. Leur voiture n’allait pas les mener bien loin et il serait préférable de s’aventurer vers le nord à la lueur du jour. Ils installèrent leurs couvertures sur le sable et s’allongèrent côtes à côtes. Soohyun appuya sa tête contre ses mains jointes et regarda le ciel; comme il s’en attendait, il n’aperçut aucune étoile.

    « J’en avais marre de ce cachot » dit Kiseop après un moment.

    Soohyun tourna la tête pour observer son ami, ce dernier étendu très droit, les mains de chaque côté du corps, les yeux clos.

    « Nous avions un toit tout de même » répondit Soohyun, et il fut étonner lorsque Kiseop répliqua :

    « Mais il y avait des fantômes »

    La respiration de Soohyun se figea dans sa gorge mais Kiseop ne sembla pas le remarquer. Soohyun n’était pas idiot, et Kiseop non plus, et il savait parfaitement qu’ils ne croyaient pas aux fantômes tous les deux, ayant passé un après-midi à se raconter des histoires d’horreur il y a quelques semaines de cela. Il n’y avait pas de fantômes – que des mauvais souvenirs.

    Soohyun chercha aveuglement la main de Kiseop et la serra dans la sienne (Je suis désolé, tellement désolé, je ferai plus d’efforts). Kiseop ne bougea pas, et Soohyun ne lâcha pas la main de celui-ci.

    Ils s’endormirent dans cette position.

    *

    Ils ouvrirent les yeux au lever du soleil, seulement quelques heures après s’être endormis. Ils roulèrent les couvertures et prirent la route en silence, tous les deux encore à moitié endormis.

    Comme prévu, la voiture ne les amena pas très loin. Vingt minutes plus tard, Soohyun se rangeait sur le côté (« Par habitude » répondit Soohyun lorsque Kiseop lui demanda pourquoi il prenait la peine de se garer alors que la majorité de la civilisation était à présent composée d’insectes) et lui et Kiseop marchèrent le long de la route de campagne, ne parlant que rarement.

    Le soleil était très haut dans le ciel lorsque Kiseop s’arrêta et pointa devant lui, les yeux ronds. Soohyun regarda dans la même direction et aperçu une petite maison au milieu d’un champ de riz, visiblement abandonnée.

    La maison, de moins en moins petite plus ils s’approchaient, était carrée et entièrement faite de bois. Les quelques fenêtres qui leurs étaient visibles étaient sales ou cassées et la porte ne tenait qu’à moitié sur ses gonds. Il y avait une petite cheminée sur le toit qui semblait se tenir sur un deuxième étage.

    Ils s’arrêtèrent devant le porche et observèrent leur découverte pendant un moment. Soohyun, les mains sur les hanches, regarda Kiseop du coin de l’œil.

    « On entre ? »

    Kiseop, à la surprise de Soohyun, acquiesça assez rapidement et fût le premier à se diriger vers la porte.

    Elle grinça dans un bruit assourdissant lorsque Kiseop la poussa pour pénétrer à l’intérieur. Soohyun remarqua que Kiseop marchait sur la pointe des pieds et dut refouler un éclat de rire. Il jeta un coup d’œil par-dessus l’épaule de son ami.

    « Y’a quelqu’un ?! » s’écria Soohyun, ce qui fit sursauter le brun avec une telle force qu’il se retourna pour voir d’où venait le bruit en reculant vers l’intérieur et se cogna le bas du dos contre la table de ce qui semblait être la cuisine. Il sursauta à nouveau et lança un regard noir à son ami qui cette fois-ci ne put retenir son rire.

    Ils explorèrent la maison en commençant par la pièce où ils se trouvaient. La cuisine était petite mais aurait pu être joviale sans la saleté qui y régnait et les morceaux de fenêtre cassée qui jonchait l’évier. La table contre laquelle Kiseop s’était cogné était ronde et minuscule, entourée de deux chaises tout aussi petite. Le frigo était rempli de nourriture qu’ils ne pourraient pas manger (l’odeur les avaient dissuader). Ils trouvèrent un peu de nourriture en boîte dans les armoires et la perspective d’avoir un semblant de véritable dîner ce soir-là les mirent de bonne humeur.

    Il y avait un petit salon quasi inexistant, meublé d’un sofa de couleur vert pomme et d’un clavier électrique. Soohyun s’avança vers celui-ci (« Tu joues du piano ? » interrogea Kiseop, et Soohyun se contenta de secouer la tête en signe d’affirmation), tenta de le brancher et lorsqu’il appuya sur les touches, aucun son n’en sortit. Déçu mais s’étant attendu à cette situation, Soohyun continua la visite avec Kiseop.

    La dernière pièce du rez-de-chaussée était la salle de bain qui était sûrement la plus petite pièce que Soohyun eut vu de sa vie. Kiseop semblait partager ses pensées puisqu’il lança un regard à Soohyun qui signifiait mille et une choses avant de se faufiler hors de la pièce pour monter à l’étage, Soohyun le suivant.

    Les escaliers ne menaient qu’à une seule pièce, la chambre. Un lit deux places se tenaient au centre, les couvertures beiges qui le couvraient froissées. Il y avait une commode près de la fenêtre sur le mur de gauche et les garçons y trouvèrent des chemises qui, après observation, leur allaient. Ce n’était pas des chemises à la dernière mode (ils conclurent qu’un couple de gens âgés vivaient dans cette maison) et elles leurs donnaient l’air plutôt idiot mais c’était mieux que leur t-shirts gras et pratiquement en morceaux.

    Ils descendirent les escaliers et s’installèrent à la table de cuisine. Ils se contemplèrent un moment jusqu’à ce que Kiseop prenne la parole.

    « Je crois qu’on devrait rester ici. »

    Soohyun haussa les sourcils, le menton appuyé sur sa paume de main.

    « Ouais ? »

    « Hm. Il y a un peu de nourriture, il y a un lit et une salle de bain, nous avons un toit… »

    Soohyun hocha la tête.

    « Très bien. Restons ici. »

    *

    À peine quelques jours plus tard, ils avaient un nouveau locataire.

    Soohyun était en train de creuser dans les terres qui entouraient la maison (la journée d’avant, ils avaient trouvé quelques carottes, certaines un peu dures mais tout à fait comestibles, alors Soohyun tentait à nouveau sa chance) lorsqu’il avait entendu un aboiement qui l’avait fait sursauter.

    Soohyun était calme, mais il ne s’attendait pas du tout à entendre un aboiement aigu.

    Un petit bichon était alors sortit d’entre les longues mauvaises herbes, la langue pendante et dans un trot régulier. Il était en bien mauvais état : Soohyun avait d’abord cru qu’il avait une oreille de repliée sur sa tête mais s’était aperçu bien rapidement qu’elle n’était tout simplement plus là, remplacée par une couche mince de sang séché. Une de ses pattes arrières semblait blessée bien qu’il ne paressait pas avoir mal, trottinant à une bonne allure. Une bonne partie de cette dernière était tachée de sang. Le chien était arrivé aux pieds de Soohyun, avait levé ses pattes de devant pour les appuyer contre les jambes de l’homme puis avait aboyé joyeusement.

    Soohyun, les yeux ronds et sans bouger, avait appelé Kiseop, qui était sortit de la maison (Soohyun s’était porter volontaire pour trouver la nourriture à condition qu’il n’ait pas à faire le ménage) avec un tablier trouvé dans un placard à balais de la cuisine, et lorsqu’il avait aperçu la bête, il avait laissé échappé un son de sa bouche que Soohyun avait encore aujourd’hui de la difficulté à identifier entre un cri d’extase ou une exclamation d’horreur.

    Le chien avait alors accourut vers son ami, maintenant accroupit. Il gratta le chien derrière son oreille et ce dernier se mit à rouler sur la pelouse et à aboyer sans arrêt, essayant de mordre les doigts de Kiseop affectueusement dans le processus. Kiseop avait alors supplié Soohyun pour qu’ils gardent le chien avec eux (« Il n’y a pas de nourriture pour chien ici je te rappelle ! » « Il mangera la même chose que nous alors. » « Kiseoppie, il est hors de question que je partage ma portion avec cette chose ! » « Je le ferai moi ! » « N’y penses même pas, tu as vu ta stature, si quelqu’un a besoin d’une ration complète c’est bien toi » « On lui donnera les restes ! » « Tu crois sincèrement que nous allons avoir des ‘restes’ ?! » « Mais Soohyun… » « Et puis il va aboyer toute la nuit ! ») et Soohyun, après quelques minutes de résistance, avait cédé au regard adorable de « Yangmo ».

    Et le sourire que Kiseop lui avait donné lorsqu’il avait accepté, ainsi que la sensation étrange qu’il avait ressentit face à ce sourire, ne lui fit pas regretter son choix.

    *

    Le lendemain matin, en se réveillant, Soohyun savait.

    Plus rien n’arriverait à Jiyeon.

    Il ne comprenait pas comment, mais il savait. Il resta un moment allongé sur le matelas puis se leva lentement au bruit de Kiseop discutant pratiquement avec Yangmo. Il descendit les escaliers et Kiseop se retourna et lui sourit.

    « Bonjour ! »

    Soohyun lui fit à peine un signe de tête et s’assit à table. Il savait qu’il devrait faire des efforts mais ne pouvait se résoudre à s’en soucier. Kiseop ne fit aucun commentaire.

    Il passa l’après-midi à creuser la terre à coup durs, violents et répétitifs. Il crut apercevoir du coin de l’œil Kiseop qui l’observait de la fenêtre de la cuisine. Il lui avait à peine dit plus qu’une dizaine de mots de toute la journée, mais encore une fois, Soohyun ne s’en souciait guère.

    Il ne ressentait plus Jiyeon. Cela pouvait sembler étrange, incompréhensible, mais la présence qu’elle avait toujours eu en lui s’était à présent dissipée. Le souvenir de son sourire et de ses yeux rieurs lui semblait à présent si lointain qu’il sentait son cœur se serrer à chaque fois, et creusait avec un peu plus de violence chaque fois.

    Ce soir-là, Soohyun mangea en silence, le regard de Kiseop pesant sur son crâne de temps à autre. Il repoussa Yangmo lorsque celui-ci mit ses pattes avant sur sa cuisse, se leva et monta se coucher, en espérant qu’une bonne nuit de sommeil lui vide l’esprit.

    Une dizaine de minutes plus tard, il entendit un coup de tonnerre et peu de temps plus tard, la pluie se mit à tomber avec force sur le toit, pénétrant légèrement à l’intérieur par une petite fente située dans le coin gauche de la pièce.

    Quand Kiseop vint se mettre au lit, Soohyun était tourné dos à lui et ne dormait toujours pas, l’esprit hanté par des souvenirs qui ne faisaient qu’aggraver sa tristesse.

    « Détestes-tu Yangmo à ce point ? » grogna Kiseop d’une voix froide derrière lui, son poids faisant pencher le matelas qui grinça.

    « Mais de quoi tu parles ? » répondit Soohyun, les sourcils froncés, mais sans se retourner. Si Kiseop était fâché contre lui, peu importe la raison, il n’avait pas la force émotionnelle pour l’affronter.

    « T’es d’une humeur massacrante depuis ce matin. La seule chose qui t’ait irrité dernièrement, c’est le chien. Soohyun, je ne l’abandon- »

    « Ce n’est pas ça » le coupa Soohyun, la voix rauque. Il entendit Kiseop tourner vivement la tête pour le regarder par-dessus son épaule.

    « Eh bien qu’est-ce que tu as ? C’est vraiment énervant de te voir comme ça »

    Soohyun avait envie de rire. N’était-ce pas lui-même qui pensait, il y a quelques semaines à peine, que Kiseop le lisait comme un livre ouvert ? Mais les lèvres de Soohyun, pressées en une fine ligne, ne se retroussèrent nullement. Soohyun ne savait pas s’il arriverait à le dire, mais il le fallait, pour Kiseop.

    « Jiyeon est morte »

    Tout semblait plus réel, plus frappant maintenant. Il cligna rapidement, ses yeux le démangeant soudainement, tandis que le sentiment de tristesse qu’il avait refoulé toute la journée prenait à présent le dessus sur lui. Il serra la couverture entre ses poings et prit une grande respiration.

    Il entendit soudainement Kiseop bouger sur le matelas, et bientôt il ressentit une main, chaude, réconfortante, sur son bras.

    « Je suis désolé » murmura Kiseop, son pouce traçant de petits cercles sur le biceps de Soohyun.

    Soohyun laissa les larmes couler en silence pendant des heures, durant lesquelles la main de Kiseop ne quitta jamais son bras.

    Lorsqu’il se réveilla au lever du soleil, Kiseop était endormi, allongé sur le côté mais toujours en position indienne, tenant le bras de Soohyun de sa main droite. Soohyun se sépara de l’étreinte de son ami, déposa doucement la couverture sur ses épaules et descendit faire le petit déjeuner, suppliant Yangmo de fermer sa putain de gueule.

    *

    Kiseop était plus prudent.

    Soohyun avait remarqué qu’il surveillait ses mots, parlait plus doucement et était souvent (un peu trop souvent) d’accord avec tout ce que disait Soohyun. Ce dernier n’y fit rien, sachant que son ami ne voulait que son bien.

    Soohyun parlait beaucoup de Jiyeon, et il s’aperçut que cela lui rendait le sourire plus rapidement qu’il l’aurait espéré. Il raconta à Kiseop leur premier rendez-vous, comment elle avait cru qu’il la faisait marcher. Il lui raconta leur premier baiser, comment c’était gênant et embarrassant. Il lui parla de leur dispute lorsque Jiyeon avait suggéré qu’ils déménagent ensemble, et du sentiment de culpabilité qu’il avait éprouvé par la suite. Il se remémora les premiers mois de leur vie ensemble, comment les temps avaient été durs mais qu’ils avaient tout de même réussis à surmonter les plus gros obstacles. Il lui parla de ses grands yeux pétillants, de ses cheveux carrés et ébouriffés, de son sourire radieux.

    Kiseop l’écoutait pendant des heures, hochant la tête aux bons moments, éclatant de rire lorsqu’il le fallait, retenant son souffle pendant les passages plus difficiles. Soohyun lui en était très reconnaissant et supposa que certains de ses sourires étaient pour Kiseop.

    Puis après un certain temps, Kiseop lui parla de son premier amour. Soojung, qu’elle s’appelait. Elle était grande et mince, solitaire et silencieuse, tout le contraire de la personnalité de Jiyeon. Il l’avait connu au lycée mais ne lui avait jamais révélé ses sentiments. Elle était passionnée de photographie et Kiseop lui raconta qu’elle trainait son énorme appareil partout avec elle. Soohyun avait de la facilité à se l’imaginer et comprenait pourquoi Kiseop l’aimait beaucoup.

    Bientôt, les nuits devinrent plus fraîches et Soohyun s’inquiéta pour l’automne et l’hiver qui approchaient sûrement, inquiétude que Kiseop partageait. La maison n’allait certainement pas être assez pour les couvrir du froid alors ils devraient compter sur le feu pour les tenir au chaud. Il y avait quelques manteaux dans les placards et ils espéraient qu’ils feraient l’affaire.

    Mais le soleil régnait toujours haut dans le ciel durant la journée qui était toujours d’une température agréable. Soohyun et Kiseop décidèrent d’aller marcher un peu pour se dégourdir les jambes et marchèrent jusqu’à leur voiture abandonnée, toujours à l’endroit même où Soohyun l’avait laissée. Ils s’allongèrent sur le toit de cette dernière et un silence confortable s’installa.

    Soohyun tourna la tête et son regard croisa celui de Kiseop qui lui sourit doucement. Soohyun lui rendit son sourire, ignorant la sensation bizarre qui prenait lentement place au niveau de son estomac.

    S’il ne l’avait pas su ou vécu, Soohyun n’aurait jamais cru que le monde avait prit fin.

    Tout était magnifique.

    *

    « Qu’est-ce que tu fais ? »

    Soohyun détourna son regard du clavier et aperçu Kiseop qui se tenait au pied de l’escalier éclairé par la lune, se frottant les yeux avec son poing, ne portant que ses jeans. Soohyun cligna plusieurs fois des paupières pour détacher ses yeux du torse de Kiseop.

    « Je joue du clavier »

    Kiseop fit quelques pas vers lui.

    « Mais il n’y a pas de musique »

    Soohyun fit un vague « Hm » puis déposa ses doigts contre les notes.

    « Tu veux que je te joue un morceau ? » demanda-t-il à Kiseop qui, les sourcils froncés, acquiesça et s’installa à côté de lui sur le petit tabouret. Soohyun se mit alors à bouger ses doigts rapidement contre le clavier.

    Il vit Kiseop le regarder d’un air surpris lorsqu’il se mit à chanter un air qui s’accordait parfaitement aux mouvements de ses doigts. Il n’y avait pas de musique qui sortait du clavier, mais le clavier n’était que l’instrument. Soohyun créait la musique.

    Un sourire s’afficha sur le visage de Kiseop, qui se balançait au son de la voix de Soohyun.

    Lorsque celui-ci chanta sa dernière note, Kiseop laissa échapper un soupir.

    « Je comprends pourquoi tu chantais. Ta voix est magnifique »

    Soohyun conserva ses yeux fixés sur le clavier et murmura un petit merci. Kiseop lui demanda de retourner se coucher et il se laissa guider par son ami en haut des escaliers.

    Il essaya de se convaincre que les picotements sur ses joues n’étaient que le fruit de son imagination.

    *

    Soohyun se détestait, et détestait la façon dont tout avait pratiquement changé en un claquement de doigt.

    C’était la façon dont Kiseop s’occupait de lui, préparait leurs petits repas, jouait avec Yangmo, dormait la bouche grande ouverte, avait peur des abeilles, se réveillait toujours à trois heures dix-sept puis retrouvait le sommeil à trois heures vingt-six, racontait des blagues idiotes, gonflait ses joues, observait la cicatrice de sa blessure au bras dans le reflet du petit miroir de la salle de bain, lui prenait la main lorsqu’il voulait lui montrer quelque chose, s’endormait contre son épaule lorsque Soohyun jouait au clavier, avait le nez contre son dos par les nuits particulièrement fraiches, ou au contraire sa main caressant doucement son bras lorsqu’il rêvait de Jiyeon et se réveillait paniqué.

    C’était la régularité avec laquelle les pensées de Soohyun reliaient tout et n’importe quoi à Kiseop.

    Soohyun devait se rendre à l’évidence que c’était normal, puisque Kiseop était tout ce qu’il avait. De plus, son ami semblait plus heureux qu’il ne l’avait jamais été depuis qu’ils se connaissaient, et c’était ce qui importait puisque Soohyun s’était promit de tout faire pour qu’il en soit ainsi.

    Mais chaque fois que Kiseop lui souriait, les picotements et le sentiment que son estomac était constitué d’insectes dévastateurs le tourmentaient énormément.

    *

    Soohyun entendit Kiseop sortir de la maison et quelques secondes plus tard, il s’installait à ses côtés sur le porche, tirant machinalement sur une mauvaise herbe, Yangmo faisant la course contre lui-même devant eux.

    « Je crois qu’on approche de Septembre » murmura Kiseop, les sourcils froncés et le regard sérieux.

    Soohyun resta silencieux, sachant que Kiseop avait bien raison. Dans peu de temps, ils devraient se diriger vers la forêt la plus proche et devraient couper du bois, peut-être trouvé les derniers petits fruits comestibles qui y poussaient. Cela fit presque rire Soohyun, comment ils devraient faire des provisions pour l’hiver. Les hommes étaient des animaux, après tout, et la vie leur avait prouvé.

    Yangmo se jeta sur la pelouse et tourna sur lui-même d’un côté et de l’autre, son poil blanc frisé parsemé de brindilles d’herbe.

    Soohyun se leva et retourna à l’intérieur, la porte grinçant sur son passage.

    Ils devraient aussi penser à réparer cette fichue porte.

    *

    Soohyun était en train de battre Kiseop pour la énième fois aux cartes lorsque ce dernier proposa qu’ils aillent dehors.

    « Mais c’est la nuit » fit remarquer Soohyun, la main à mi-chemin entre lui-même et le centre de la table où il allait déposer la carte qui lui ferait certainement gagner la partie.

    Quelques minutes plus tard, Soohyun sortait de la maison derrière Kiseop, Yangmo grognant de son coin de la cuisine. Kiseop serra la main de Soohyun dans la sienne (Soohyun ignora le pincement qu’il éprouva au contact) et pointa vers le ciel.

    « On peut presque voir les étoiles »

    Soohyun leva la tête; en effet derrière les nuages, il apercevait de petits points d’une faible lumière, et cela le fit immédiatement sourire. Finalement, ce n’était pas une mauvaise idée.

    Ils restèrent silencieux un moment la tête tournée vers le nord lorsque la main de Kiseop serra avec un peu plus de force celle de Soohyun.

    « Merci d’être resté »

    Soohyun baissa son regard au niveau de celui de Kiseop. Ce dernier le regardait avec un sourire reconnaissant.

    « Je t’ai promis de ne pas te laisser. Je tiens mes promesses » répondit Soohyun en souriant à son tour.

    Kiseop se mordilla la lèvre inférieure.

    « Dis comme cela, c’était probablement une obligation pour toi, non ? »

    Soohyun fronça les sourcils et laissa échapper un ricanement qui n’avait rien de joyeux.

    « J’ai pris ma propre décision. Et puis, où serais-je allé ? Tu as fait tellement pour moi, je n’allais pas t’abandonner après tout cela »

    Kiseop baissa la tête et fixa ses pieds, sa main dans celle de Soohyun de plus en plus moite.

    « J’ai l’impression que tu es parfait » déclara Kiseop après quelques minutes de silence. « Tu fais d’énormes choses pour moi alors que je n’en vaux même pas la peine »

    Soohyun ne savait pas ce qui s’était passé ou comment cela était venu à se produire, mais il ne savait que deux seules choses : il venait de frapper Kiseop et il était dans une colère extrême.

    Kiseop recula de quelques pas, déstabilisé, la main appuyée contre sa mâchoire meurtrie. Il regarda Soohyun avec des yeux ronds, confus mais surtout surpris par ce geste si inhabituel, si improbable de la part de Soohyun.

    Celui-ci avait le poing qui élançait fortement suite au choc contre la mâchoire définie de Kiseop, mais il était tellement en colère qu’il n’arrivait même pas à y porter attention. Ce que Kiseop venait de lui dire – je n’en vaux même pas la peine – l’avait mis hors de lui. Kiseop était-il idiot à ce point ? Pensait-il vraiment qu’il n’en valait pas la peine ?

    Soohyun serra les dents et s’exclama :

    « Ne dis plus jamais cela »

    Il se dirigea rapidement vers l’intérieur sans jeter un seul regard derrière lui. Yangmo aboya lorsqu’il monta les escaliers et se tut lorsque Kiseop entra dans la maison.

    Soohyun se laissa tomber sur le lit, furieux, espérant que le sommeil vienne rapidement le chercher.

    *

    Lorsqu’il se réveilla le lendemain, un souvenir malheureux de leur ancien abris et d’un réveil redouté lui revint à l’esprit et Soohyun soupira en refermant les paupières. Kiseop avait été un idiot, mais Soohyun avait été un sal con.

    Pourquoi avait-il frappé Kiseop ? Pour lui faire retrouver ses sens ? Pour qu’il comprenne que Soohyun avait choisi de rester avec lui parce qu’il appréciait Kiseop ?

    Soohyun, s’il était con, avait au moins compris une chose : Kiseop prenait une place de plus en plus importante chaque jour dans sa tête et son coeur, et la blessure qu’avait laissée Jiyeon se refermait plus rapidement que prévu, guérie par les sourires et les contacts avec Kiseop.

    Le coup qu’il avait donné à Kiseop était venu sans qu’il puisse y réfléchir, puisse agir autrement. Soohyun fit la promesse de s’excuser à Kiseop mais surtout d’en discuter.

    Il allait se lever lorsqu’il aperçu quelque chose de brillant du coin de l’œil et il fit volte-face.

    Kiseop était assis dos contre le mur à l’autre extrémité du matelas et regardait Soohyun avec des yeux mi-confus mi-effrayés. Il se tortillait les mains avec une rapidité impressionnante et Soohyun ne put s’empêcher de le comparer à un petit garçon qui venait de faire une bêtise.

    Sauf que c’était Soohyun qui devait être blâmer.

    Il se laissa retomber sur le matelas et ils se regardèrent pendant un moment en silence.

    « Soohyun - » commença Kiseop, mais l’interpelé l’interrompit.

    « Comment va ta mâchoire ? » demanda-t-il d’une voix silencieuse. Inconsciemment, Kiseop leva sa main et toucha son visage du bout des doigts.

    « Heum, bien, je suppose. Un peu enflée… » Il se tut, le regard toujours tourné vers Soohyun.

    Soohyun contempla Kiseop, ses yeux brillants de confusion. Il soupira, se redressa et s’assis de manière à faire face à son compagnon.

    « Écoute, Kiseoppie » commença-t-il, cherchant ses mots. « Je suis vraiment, vraiment désolé pour hier. Je ne sais pas ce qui m’a prit… Mais quand tu as dit que tu n’en valais pas la peine… Est-ce que tu sais seulement à quel point c’est faux ? Je vais te sembler un peu étrange mais tout ce que j’ai fait pour toi, je ne l’aurais probablement fait pour personne d’autre. Dès le début tu m’as accordé ta confiance, et c’est tout ce que je demandais. Cela m’aurait suffit. Mais tu m’as donné des soins, de l’amitié, du bonheur et tout le reste. Tu sais à quel point ce n’est pas évident à trouver lorsque le monde est détruit ? Et seulement penser à ce qu’aurait été ma vie si le monde n’aurait pas prit fin, si je ne t’avais pas rencontré… Jiyeon serait en vie, je l’aurais probablement demandé en mariage tu sais, peut-être ma carrière de chanteur aurait-elle décollée, ou peut-être que mes bouquins auraient fait plus de ventes. Mais ça, jamais ça ne sera vrai. Parce que c’est une autre vie, que je vivrai peut-être plus tard. Mais aujourd’hui, là, je suis le con qui t’a frappé parce que tu es la magnifique personne que tu es, Kiseop. »

    Kiseop ne l’avait pas quitté des yeux une seule seconde, et lorsque Soohyun se tut, Kiseop ne le lâcha pas du regard. Le cœur de Soohyun battait la chamade dans son torse lorsqu’il s’empara des mains de Kiseop et les serra dans les siennes. Le jeune homme ne le quitta pas des yeux lorsque sous une impulsions soudaine, les mains de Soohyun laissèrent celles de Kiseop en faveur de son visage. Soohyun ne savait pas ce qu’il faisait mais c’était bien différent de la première fois.

    Soohyun embrassa Kiseop pendant quelques secondes et ce dernier interrompit le baiser, tenant Soohyun par les épaules.

    « Soohyun, qu’est-ce que - »

    « Je t’aime bien, Kiseop » dit Soohyun à la question non-formulée. « Je t’aime bien. Je ne t’aime pas encore, mais je suis prêt à essayer »

    Ils se regardèrent quelques moments, leurs yeux à peine une vingtaine de centimètres éloignés, et lorsque Soohyun ressentit le sourire de Kiseop contre ses lèvres, il se dit qu’il en valait définitivement la peine.

    Kiseop poussa Soohyun contre le matelas et l’embrassa avec passion, Soohyun répondant avec un plaisir fou au baiser. Ils ne rompaient le baiser que lorsque l’oxygène devenait nécessaire, et bientôt Kiseop déboutonnait l’horrible chemise que portait Soohyun, embrassant chaque partie du torse de ce dernier chaque fois qu’il se débarrassait d’un bouton. Soohyun ne pu s’empêcher d’arquer son dos lorsque les dents de Kiseop frôlèrent une partie particulièrement sensible de sa peau. Soohyun tira pratiquement Kiseop par les cheveux et le gémissement de douleur qu’il fit se transforma en toute autre chose lorsque Soohyun l’embrassa passionnément, sa main frottant doucement la bosse qui se formait sous le jean de Kiseop. Il éclata de rire dans le baiser.

    *

    Peu de choses changèrent, à l’exception de la température. Ils allaient souvent dans la forêt à quelques kilomètres de la maison pour couper des arbres. Ils amenaient Yangmo avec eux pour qu’il se dégourdisse les pattes autrement que dans des champs et sur une pelouse.

    La nourriture commençait à diminuer mais ils restaient optimistes. Des animaux hivernaux avaient certainement survécu, alors ils partiraient à la chasse.

    Les nuits étaient de plus en plus froides et lorsqu’il fut nécessaire d’allumer leur premier feu de la fin de l’été, ils passèrent la nuit dans le salon à jouer du clavier, la voix de Soohyun récitant une à une les notes.

    Soohyun se réveillait souvent avec le nez de Kiseop appuyé contre son cou, et parfois c’était Kiseop qui le réveillait en lui soufflant dessus, ce que Soohyun détestait par-dessus tout. Soohyun, de plus, appris à détester la mannie qu’avait Kiseop de s’endormir près de lui pour ensuite passer la nuit à lui baver dessus, la bouche grande ouverte. Il détestait comment Kiseop donnait la plus grande partie de son déjeuner au chien, alors qu’il n’avait que la peau sur les os. Il détestait d’ailleurs ses bras trop maigres et ses jambes trop maigres et son corps trop maigre en général. Il détestait sa bonne humeur lorsque lui se réveillait du mauvais pied et qu’il devait passer la journée à le voir sourire. Il détestait la peur que Kiseop avait des orages, et de l’obsession qu’il avait à boucher toutes les fentes du toit et des fenêtres pour bloquer l’eau qui voulait se faufiler à l’intérieur, ce qui était déjà un défi impossible à relever.

    Pour Soohyun, ce n’était pas parfait, mais il n’avait besoin de rien d’autre.


    Dernière édition par Stefany le Dim 27 Juin - 19:02, édité 3 fois
    avatar
    E M Y
    Dame de ces lieux.

    Féminin Messages : 924
    Date d'inscription : 09/05/2010
    Age : 23

    Re: [OS] The inner apology is a killer

    Message par E M Y le Dim 27 Juin - 9:28

    y a pas la souiiiiiiiiiiiiiiiite !!!!! ><
    Sinon j'la lis ce soir promis !!!! J'ai hate!


    ___________________________________

    Petals grow from your light, so always stay bright, Sun Flower Kim Heechul.

    Spoiler:

    Keep smiling, your laugh is the most precious thing in the world ♥
    avatar
    Naoko Woo
    Modératrice

    Féminin Messages : 3163
    Date d'inscription : 04/06/2010
    Age : 24

    Re: [OS] The inner apology is a killer

    Message par Naoko Woo le Dim 27 Juin - 13:51

    Il manque un bout là c'est pas possible !!
    J'veux connaitre la suite !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! :'D j'adore de trop !!


    ___________________________________
    ♥️파이널리...
    ...사랑했어 너의 품에서♥️
    Spoiler:

    ♥️

    Invité
    Invité

    Re: [OS] The inner apology is a killer

    Message par Invité le Dim 27 Juin - 13:55

    Pas de suite malheureusement x) J'arrive plus à écrire des histoires en plusieurs parties.
    Mais contente que ça te plaises! =D
    avatar
    Naoko Woo
    Modératrice

    Féminin Messages : 3163
    Date d'inscription : 04/06/2010
    Age : 24

    Re: [OS] The inner apology is a killer

    Message par Naoko Woo le Dim 27 Juin - 14:05

    AHHHHHHHHHHHHHHHH pas de suite :'( ! elle est excellente ta fic *0* !
    Qu'est ce que je vais faire maintenant XD !
    Ark t'en pis ! j'espere qu'il en aura d'autres !! :'D


    ___________________________________
    ♥️파이널리...
    ...사랑했어 너의 품에서♥️
    Spoiler:

    ♥️

    Invité
    Invité

    Re: [OS] The inner apology is a killer

    Message par Invité le Dim 27 Juin - 14:06

    Oui certainement ^^ Je vais essayer de les faire plus courtes la prochaine fois x)
    avatar
    Naoko Woo
    Modératrice

    Féminin Messages : 3163
    Date d'inscription : 04/06/2010
    Age : 24

    Re: [OS] The inner apology is a killer

    Message par Naoko Woo le Dim 27 Juin - 14:08

    Haann ! alors j'ai Hate ! Woouuhoo♥


    ___________________________________
    ♥️파이널리...
    ...사랑했어 너의 품에서♥️
    Spoiler:

    ♥️
    avatar
    E M Y
    Dame de ces lieux.

    Féminin Messages : 924
    Date d'inscription : 09/05/2010
    Age : 23

    Re: [OS] The inner apology is a killer

    Message par E M Y le Dim 27 Juin - 18:58

    Pour Soohyun, ce n’était pas parfait, mais il n’avait besoin de rien d’a

    mais c'est quoi la suite de cette phrase aussi ? XD.


    ___________________________________

    Petals grow from your light, so always stay bright, Sun Flower Kim Heechul.

    Spoiler:

    Keep smiling, your laugh is the most precious thing in the world ♥
    avatar
    Naoko Woo
    Modératrice

    Féminin Messages : 3163
    Date d'inscription : 04/06/2010
    Age : 24

    Re: [OS] The inner apology is a killer

    Message par Naoko Woo le Dim 27 Juin - 18:59

    j'pense que c'est rien d'autre Non ?


    ___________________________________
    ♥️파이널리...
    ...사랑했어 너의 품에서♥️
    Spoiler:

    ♥️

    Invité
    Invité

    Re: [OS] The inner apology is a killer

    Message par Invité le Dim 27 Juin - 19:00

    DAH ÇA A COUPÉ JFDHGZLKSH *va éditer*
    ça coupe tout le tempsssss D: wtfff pourquoi il veut pas s'afficher


    voila Dx
    avatar
    Miiyuurii
    Administratrice

    Féminin Messages : 3253
    Date d'inscription : 21/05/2010
    Age : 23

    Re: [OS] The inner apology is a killer

    Message par Miiyuurii le Dim 27 Juin - 19:19

    Haaaaa Stef t'est la meilleure ! ♥
    Elle est genialissime ta fic
    j'ai sur-aimé comme une folle !!
    Vivement la prochaine ( je déplore qu'il n'ait pas de suite à celle là =( )


    ___________________________________
    Feel the music~♫____________

    I ♥️ U

    Invité
    Invité

    Re: [OS] The inner apology is a killer

    Message par Invité le Dim 27 Juin - 19:23

    Mercii Myr <3 Ça me fait plaisir que ça t'aies plu ^^
    (au moins maintenant je sais que mon français de composition n'est pas trop rouillé xD)
    avatar
    E M Y
    Dame de ces lieux.

    Féminin Messages : 924
    Date d'inscription : 09/05/2010
    Age : 23

    Re: [OS] The inner apology is a killer

    Message par E M Y le Dim 27 Juin - 19:45

    Bon, moi je suis arrivée à : Le chien avait alors accourut vers son ami, maintenant accroupit.
    (marque page XD).


    ___________________________________

    Petals grow from your light, so always stay bright, Sun Flower Kim Heechul.

    Spoiler:

    Keep smiling, your laugh is the most precious thing in the world ♥
    avatar
    Alex_Liu
    French Kiss

    Féminin Messages : 2184
    Date d'inscription : 04/06/2010
    Age : 24

    Re: [OS] The inner apology is a killer

    Message par Alex_Liu le Lun 28 Juin - 9:46

    Stefany ce que t'as fait c'est juste de la BOMBE !!
    je sus deg qu'il n'y a pas de suite parce que c'etait juste super !! =D mais comme tu vas en faire d'autres je suis rassuré !! ='DD
    un grand BRAVO !! j'ai hâte de lire la prochaine


    ___________________________________
    ♫Without You♫
    The sound of the raindrops hitting on the window of my heart...
    I really miss you

    My Sexy Cat♥️
    Spoiler:

    Invité
    Invité

    Re: [OS] The inner apology is a killer

    Message par Invité le Lun 28 Juin - 16:02

    Merci beaucoup ça me fait plaisir que tu aies aimé (:
    avatar
    ☼ Jmilio Lee ☼
    Kiss Me

    Féminin Messages : 1500
    Date d'inscription : 06/06/2010
    Age : 24

    Re: [OS] The inner apology is a killer

    Message par ☼ Jmilio Lee ☼ le Mar 6 Juil - 23:02

    Wouaa mais c'est super, je n'arivait pas a détacher mes yeux telement je voulais savoire se qui se passerait, sa peut paraitre long mais quand on est a fond dedans ( comme moi xD) sa passe créme.
    C'est comme quand je sort du ciné avec des images plein le tête =D
    Bravo !!
    A quand le prochain !! ^^

    Invité
    Invité

    Re: [OS] The inner apology is a killer

    Message par Invité le Mar 6 Juil - 23:07

    Merci, contente que ça ne t'ait pas paru long, ce qui était une de mes peurs ^^'
    Le prochain je sais pas, j'ose pas poster mes fics qui ne sont pas sur U-Kiss donc je ne sais pas à quand le prochain ^^'
    avatar
    ☼ Jmilio Lee ☼
    Kiss Me

    Féminin Messages : 1500
    Date d'inscription : 06/06/2010
    Age : 24

    Re: [OS] The inner apology is a killer

    Message par ☼ Jmilio Lee ☼ le Mer 7 Juil - 10:55

    Ba même si c'est pas sur U-kiss sa pourait être sympas a lire !!
    Mais c'est pas vraiment a moi de décider ! Mdr

    Contenu sponsorisé

    Re: [OS] The inner apology is a killer

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Jeu 23 Nov - 1:58