[OS/Angst/Yaoi] Triste consolation

    Partagez
    avatar
    Woo
    First Kiss

    Féminin Messages : 162
    Date d'inscription : 11/08/2010
    Age : 24

    [OS/Angst/Yaoi] Triste consolation

    Message par Woo le Lun 1 Nov - 22:07

    Auteur : Woo
    Titre : triste consolation
    Genre : Ansgt/Yaoi/OS
    Pairing : Eli tout seul
    Raiting : -15
    Résumé : Je suis le seul qui puisse me satisfaire, parce que dans ce monde sale et insignifiant, je suis le seul qui ai vraiment de l'importance.

    Notes de l'auteur : Je crois qu'on en avait vite fais parlé sur le forum des U Kiss, et j'ai eu l'idée de raconter un peu l'histoire de Eli seul dans son lit.. Vraiment ? En faite, je dirais surtout que j'ai imaginé beaucoup de chose, en tout cas merci Yuki & Myr.
    Auto-commentaire à la fin du texte


    Ce monde n'est remplis que d'être insignifiants et pathétiques, et moi je sais que je suis supérieur à tout ceux-là. Tandis que la nuit tombe petit à petit sur Séoul, je profite des derniers rayons du soleil hivernal pour me promener dans les rues toujours bondées et pleines de vie. Malgrés la température basse, mon corps n'est couvert que d'un simple blouson de cuir noir, assorti à un jean, et d'une écharpe noir pour me couvrir la gorge du vent glacé. Mes pensées se perdent dans le vide, et je commence fortement à m'ennuyer, mon gros défaut étant de ne pas savoir apprécier les choses à leur juste valeur. C'est pourquoi lorsqu'un enfant s'exclame du fait que la neige tombe, je ne peux m'empêcher de lui lancer un regard rempli de dédain et de le trouver si pathétique. Sa mère a remarqué mon geste et me lance un de ses regards noirs dont je n'ai que faire tellement j'en ai l'habitude, je continue donc ma route comme si de rien n'était tout en pensant à ce que je pourrais faire de ma soirée. Au coin d'une rue, une insigne brille de façon violente et attire tout de suite mon regard, "The Night Club", une boîte de nuit branchée dont tout le monde parle en ce moment. Je commence à traverser la rue et me présente au vigile sans vraiment le regarder tellement son physique me déplait. Il me laisse entrer sans me souhaiter l'habituel "bonne soirée monsieur" auquel je m'attendais et c'est avec cet acceuil si froid que j'entre à l'intérieur. Les néons rouges sont les seules sources de lumières de la pièce, et le bar n'est animé que par deux pauvres garçons d'à peine vingt ans. Je m'avance vers eux et intercepte le premier des deux pour qu'il me donne une boisson, n'importe laquelle fera l'affaire, je ne suis ici que pour m'occuper une heure ou deux. A peine assis et servis que déjà une fille m'aborde de façon provocatrice, je la laisse donc parler tout en sirotant mon verre et ne lui jetant que quelques regards bien placés. C'est alors que cette jeune fille, aux allures de tigresses, commence à s'assoir à côté de moi et je me mets à lui lancer un regard froid comme pour lui faire comprendre que sa venue n'est pas si désirée que cela. Mais elle n'en a que faire et prend place sur le tabouret à côté du mien, tout en se penchant en avant, ce qui me permis d'observer à quel point sa poitrine était développée. Je remonte mon regard à ses yeux et lui dit d'un ton sec à l'oreille que je ne veux pas d'elle et qu'elle peut partir. Déçue, elle descend de son trône, comme une princesse déchue et s'en va d'un pas trainant tout en roulant du bassin, je profite de l'occasion pour reprendre commande et changer d'endroit. Un canapé vide trône entre deux pistes différentes de dance, je m'y assois et commence à siroter mon deuxième verre tout en observant la foule de jeunes autour de moi. Tous aussi pathétique les uns que les autres, je n'arrive même pas à en trouver quelqu'uns beaux, ni même attrayants, ce qui me déçois vite. A croire que je ne serais jamais satisfait par les autres comme me dirait SooHyun, seulement je n'ai encore jamais trouvé quelqu'un qui serait, à mes yeux, aussi attrayant, intéressant et beau que moi. Oui moi, parce que je me considère comme une personne parfaite, au corps parfait, à la façon de s'exprimer parfaite, je trouve que tout est parfait en moi. "Parfait", un mot qui me qualifie tellement bien, mais que personne ne semble vraiment trouver intéressant. Domage pour eux, j'aurais pu, dans le cas contraire à leur manière de me considérer, leur trouver un quelconque semblant de caractère intéressant.
    La soirée continue, la musique se fait de plus en plus electro sur un fond sensuel et je peux observer les filles et les garçons qui s'offrent mutuellement leurs corps pour seulement quelques minutes, le temps de savourer la dance puis de passer à autre chose. Pendant que j'observe ce spectacle de gens du peuple, une deuxième jeune fille m'aborde le regard confiant et la démarche assurée. Je me rassois plus confortablement sur mon canapé, pour une fois intrigué par une inconnue. Exterieurement, elle n'a rien de vraiment spéciale, le cheveux jais et raide comme la majorité des asiatique, plate et petite à la carrure chétive, mais quelque chose dans son regard me laisse penser qu'elle peut montrer plus que cette apparence d'être inférieur. Lorsque enfin elle se prête à parler, je ne peux m'empêcher de l'ignorer comme toutes ces autres filles qui pensent avoir une chance avec moi. Cette jeune fille ne parle que d'elle, sur ce qu'elle aime, ce qu'elle fait, ce qu'elle pense. Comme si je pouvais accepter ce genre d'égoïsme, non, je ne veux pas d'une personne comme cela. Je veux une personne qui ne vive qu'à travers moi, pour qui je suis et représente tout, qui reconnaît ma supériorité et le fait que je sois simplement parfait. Je me lève et laisse la deuxième inconnue à son monologue incessant. Alors que je me décide enfin à sortir de cet endroit pour le moins dégradant, je me décide à appeler le seul qui puisse me concidérer comme je l'entend : Kevin.
    Alors que j'attend qu'il décroche tout en m'énervant à chacun des sons de tonalités, les passants autour de moi s'empressent dans leur marche, le monde semble tourner plus vite, et le stresse d'être ignorer me prend à l'estomac comme une vulgaire maladie. C'est à cette instant qu'une voix endormie se fait entendre à l'autre bout du combinet, mais elle n'est pas de Kevin et je sens la colère monter en moi lorsque je reconnais le propriétaire de cette voix : Xander. Je lui raccroche au nez, me dirige vers le bord du trottoir et appel d'un signe de main, le premier taxi qui passe. Une fois à l'intérieur je balance l'adresse de mon petit blond et m'enfonce un peu plus dans le siège dans l'espoir d'y enfermer, ne serait-ce qu'un court instant, toute ma haine. Le chauffeur, à mon ton, ne se fait pas prier et démarre au quart de tour sa voiture pendant que j'observe d'un regard qui se veut neutre les bas fond de ma ville. D'un geste instinctif, je prend le paquet de cigarettes qui se trouve dans la poche intérieure de ma veste, et j'apporte à ma bouche le concentré de plaisir et de calme que j'affectionne tant. Je l'allume et respire la première bouffée qui est toujours, pour moi, la plus délicieuse et dont je ne peux me passer. Je peux déjà sentir le flux de nicotine s'emparer de mon corps et calmer les battements trop rapides de mon coeur, dû à mon énervement. Les rues défilent si vite sous mes yeux que je ne me rends pas compte que le taxi s'est arrêté et que nous sommes arrivés devant le bâtiment désiré. Je m'empresse de sortir de la voiture, tout en jetant ma cigarette sur le trottoir, et je rentre d'un pas rapide et brusque à l'intérieur du hall sous les cris du chauffeur dont j'ai dû oublier de payer le trajet. Connaissant mon visage, le jeune homme du hall me salue poliment et m'invite à prendre l'ascenceur que je refuse avec empressement. J'ai toujours eu cette peur des pièces cloîtrées et sans issues, c'est pourquoi je m'engouffre dans les escaliers et commence à monter les marches quatres à quatres.
    Arrivé au troisième étage, je me stoppe devant la porte menant au couloir et je reprend du mieux que je peux me respiration tout en essayant de garder encore un peu en moi toute la rage qui prend place dans mon coeur.
    Une fois devant la porte de son appartement, je me met à tambouriner de façon violente et rapide jusqu'à ce que des pas se fassent entendre, et une tête brune se montre enfin, je sais que je ne vais pas pouvoir résister longtemps à la vue de ce chinois en caleçon. Je n'attend même pas un "bonsoir" de sa part et lui prend la tête entre mes mains pour venir le cogner contre le mur en face de l'entrée. Puis je rentre dans l'appartement sous les cris de surprises de Kevin, qui se mit à paniquer. Il était là, nu sur le canapé, des marques de leurs ébats laissé un peu partout sur son corps. Enervé, hors de moi, je fais demi-tour et commence à taper ce brun que je vais haïr pendant une nuit. Je peux sentir son corps faiblir sous mes coups, je peux ressentir toute la peur et la douleur que je suis en train d'encrer en lui, et je me délecte de ce sentiment de supériorité. Aprés m'être calmé sur le corps décharné d'Alexander, je le prends dans mes bras et je lui fais traverser tout l'appartement jusqu'à la chambre de Kevin où je l'assois sur une chaise. Puis je me dirige vers le salon, où ma prochaine et ma plus importante victime est en train de pleurer, totalement angoissée. Je lui prend le bras et l'emmène à son tour dans cette pièce si sombre que j'apprécie tant.
    Allongé sur son lit, il me regarde de ses yeux larmoyants, pensant surement que j'aurais à son égard une quelconque once de pitié. Je sens que je peux enfin me lâcher complètement, il ne me faut que peu de temps pour me retrouver aussi dénudé que mon amant, et je commence déjà à parcourir de ma langue toutes les surfaces salies par cet être impur, qui ne peut que nous regarder. D'un mouvement de jambe, j'écarte celles de mon jouet tout en lui mordant les lèvres, lui arrachant par la même occasion une douce plainte emplis de douleur. Je peux sentir son intimité tout contre la mienne et l'envie de le prendre maintenant s'empare de mon corps comme une possession démoniaque.
    Je peux l'entendre crier et pleurer mais rien ne me peut m'empêcher de continuer à le pénétrer avec force et violence, comme si je ne répondais qu'à l'appel de sa destruction. Je veux qu'il comprenne que dans ce monde, il n'y a de place que pour un dieu, et que cet être ultime devant lequel il doit s'agenouiller, n'est autre que moi. Je veux être le seul à être admirer, le seul à être aimer, le seul qui puisse le baiser, parce que je suis la perfection, pure et simple de ce monde si avilissant. Je veux qu'il le sache, et qu'il s'en souvienne, car le jour je me lasserais totalement de lui, il n'aura que ses bras pour pleurer et un oreiller pour le consoler.
    Alors que mes coups se veulent toujours plus rapides et plus durs, je sens son corps se déchirer en dessous de moi, tout comme la flamme de son regard qui semble s'éteindre et d'un coup d'oeil j'e remarque les yeux remplis d'effrois de Xander. Je commence à me sentir lasse, tout cela ne me diverti plus et je veux en finir avec cette nuit déjà bien pleine. Je me relève et abandonne ce pauvre petit chien à son triste sort sous le regard d'un autre qui, ne comprenant pas la moitié des choses qu'il vient de voir se mets à pleurer tout en demandant "pardon". Je sors de cet appartement à demi-nu et je finis de me rhabiller dans l'escalier sous le regard surpris d'une femme d'entretien.
    Les rues de Séoul me paraissent moins fraîche, et l'excitation régne en moi du fait que je ne me sens pas rassasié. De nouveau je me mets sur le bord de la route, appel le premier taxi tout en me rallumant une dernière cigarette qui sonnera la fin de mon divertissement. Une fois monté à l'intérieur du véhicule je donne au chauffeur mes coordonnées et lui demande de ne pas trainer, mon envie de le faire au plus vite prend déjà possession de moi et mes mains se mettent à trembler de façon involontaire. Toute traces de colère s'en est allé, je me sens comme apaisé et je savais que mon devoir était de remettre le petit dans le droit chemin. Pendant que je repense à ma délicieuse soirée, qui m'a tellement mis l'eau à la bouche, la voiture se stop devant mon portail et je m'empresse de descendre sans oublier de payer le chauffeur. Une fois à l'intérieur de chez moi, je m'enferme dans ma salle de bain et me place devant le miroir tout en me déshabillant, je peux commencer à me delecter de mon corps si parfait, si musclés. Une bosse se forme déjà au niveau de mon pantalon et je me mets à me caresser de façon tendre et rapide.
    De tout les hommes, je suis le seul capable de me satisfaire et personne ne pourra un jour me faire autant de bien que je peux m'en faire. Tout ce que je vis chez moi est quelque chose de purement magique, je me sens bien, apaisé et amoureux. Mon comportement change du tout au tout, et je peux enfin me dévoiler entièrement.
    Mes jambes fléchissent, signe d'une soumission.
    Mes cris emplis la pièce, signe d'excitation.
    Ma main se fait toujours plus douce, signe d'affection.
    Enfin je peux arriver au septième ciel, signe de satisfaction.



    Alors, je ne suis vraiment sur de rien avec cet OS.. En fait, j'avais l'idée en tête mais à force de travailler et travailler je l'ai terminé sans en être complètement fière.. Je pense donc le retravailler de A à Z ( donc le réécrire ) et vous le représenter. Mais je le poste pour Love qui m'a dit qu'il était son préféré de tous. Merci ma puce, mais des fois.. Je me demande si le talent qu'on m'accorde existe vraiment ... Vos avis ( constructif de préférences) me sont importants.
    avatar
    Miiyuurii
    Administratrice

    Féminin Messages : 3253
    Date d'inscription : 21/05/2010
    Age : 23

    Re: [OS/Angst/Yaoi] Triste consolation

    Message par Miiyuurii le Lun 1 Nov - 23:40

    Eh bien je ne sais pas si c'est constructif mais j'aime
    ton vocabulaire est variée, j'aime comment tu tourne tout ca. On arrive facilement à voir la situation et les sentiments de chacun.
    J'aime vraiment beaucoup


    ___________________________________
    Feel the music~♫____________

    I ♥️ U
    avatar
    ☼ Jmilio Lee ☼
    Kiss Me

    Féminin Messages : 1500
    Date d'inscription : 06/06/2010
    Age : 23

    Re: [OS/Angst/Yaoi] Triste consolation

    Message par ☼ Jmilio Lee ☼ le Mar 2 Nov - 0:32

    Bon ba je ais pas troop mais je suis Wouaa quoi !!
    Je ressent de la tristesse pour Xander et Kevin !
    Mais moi qui commençais a apprécié Eli ! MDR
    Et je trouve aussi que ces l'un de tes plus beau OS car du début a la fin les action change mais toujours avec le même état d'esprit de Eli !
    Mais j'avoue que le je ne me remette toujours pas pour Xander et Surtout Kevin T-T

    avatar
    Woo
    First Kiss

    Féminin Messages : 162
    Date d'inscription : 11/08/2010
    Age : 24

    Re: [OS/Angst/Yaoi] Triste consolation

    Message par Woo le Mar 2 Nov - 11:17

    Merci les filles ♥

    En fait, j'ai eu cette idée suite à l'une de nos conversation dans la chatbox où on disait que Eli se touchait tout seul ou une connerie comme ça. Puis l'idée d'en faire un egocentrique fou amoureux de lui même m'est venue aprés =)

    Je pense comme même le retravailler un peu =)
    avatar
    Miiyuurii
    Administratrice

    Féminin Messages : 3253
    Date d'inscription : 21/05/2010
    Age : 23

    Re: [OS/Angst/Yaoi] Triste consolation

    Message par Miiyuurii le Mar 2 Nov - 14:39

    Si je m'en rappelle, l'auto-satisfaction xD
    j'aime bien
    Tu nous montra le tout après qu'il soit peaufiné hein ^^


    ___________________________________
    Feel the music~♫____________

    I ♥️ U
    avatar
    Woo
    First Kiss

    Féminin Messages : 162
    Date d'inscription : 11/08/2010
    Age : 24

    Re: [OS/Angst/Yaoi] Triste consolation

    Message par Woo le Mar 2 Nov - 15:25

    Ouiii ^^
    Je ne pense pas le reprendre tout de suite par contre.. Je voudrais passer à autre chose pour pouvoir ensuite le revoir mais avec un oeil neuf, et avoir pris un peu de recul =)

    héhéhéhéhéhé

    Contenu sponsorisé

    Re: [OS/Angst/Yaoi] Triste consolation

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Ven 22 Sep - 6:02